Baisse de 6 % du capital disponible pour l’investissement immobilier



Baisse de 6 % du capital disponible pour l’investissement immobilier
En 2012, recul de 6% du capital disponible destiné à l’investissement dans l’immobilier d’entreprise (USD 298 milliards contre USD 316 milliards de dollars à mi-2011)
Baisse qui s’explique par une contraction de 12 % de l’endettement, effaçant la hausse de 4 % enregistrée au cours des six derniers mois.
Augmentation du montant des capitaux nouvellement levés pour un investissement en 2012 qui est passé de 30 à 53 milliards de dollars US
Hausse de l’investissement transfrontalier en Asie-Pacifique comme en Europe en 2012. L’Europe est sur-représentée

Suisse : le marché immobilier suisse ne souffre pas d’un besoin de refinancement comme cela peut être le cas en Europe : la demande pour des biens immobiliers d’investissement demeure très élevée

La 5ème édition de l’étude « The Great Wall of Money », notamment basée sur une enquête auprès de 1’900 fonds d’investissement, montre que la capacité d’investissement en immobilier d’entreprise s’élève, dans le monde, à 298 milliards de dollars US, enregistrant une baisse de 6 % par rapport aux estimations de mi-2011[1], et une autre de 9% par rapport au pic enregistré il y a un an. Pour la première fois, une baisse dans la levée de nouveaux capitaux a été enregistrée dans chacune des trois régions EMEA, Asie-Pacifique et Amérique.

Cette réduction reflète l’environnement actuel, marqué par une dette plus rare et plus chère. Le montant des fonds propres est, selon les estimations de DTZ, en hausse de 4% à 139 milliards de dollars US. Toutefois, cette hausse est contrebalancée par une contraction de 12 % de l’endettement, soit 160 milliards de dollars US.

Nouvelles levées de fonds

A l’inverse de la tendance récente, le rapport souligne la hausse importante des nouvelles levées de fonds : les fonds prévoient de lever jusqu’à 53 milliards de dollars US de nouveaux capitaux pour un déploiement en 2012, soit une hausse significative par rapport aux 30 milliards de dollars US comptabilisés il y a six mois.

Activité transfrontalière accrue

La comparaison entre le pays de résidence de l’investisseur et la région ciblée pour ses acquisitions indique qu’il pourrait y avoir des changements dans l’activité transfrontalière. DTZ anticipe un niveau élevé d’investissements étrangers dans la région Asie-Pacifique. Un tiers des investissements pourraient venir de l’extérieur de la région (inter-régional) et 30 % de l’intérieur de la région (intra-régional). C’est là une évolution majeure, comparée aux 10 % d’investissements étrangers en 2011.

Notre étude montre que les fonds sur- allouent des capitaux à la région EMEA. Ce comportement est essentiellement lié à l’aversion au risque d’une partie des investisseurs, ainsi qu’à un déploiement retardé des capitaux levés ciblant la région. En revanche, l’activité sur le continent américain devrait rester dominée par les investissements nationaux à 86 %.

Fonds non utilisés

La disponibilité de nouveaux capitaux pourrait être rendue plus difficile dans les années à venir, dès lors que davantage de fonds atteindront la fin de leur période de mandatement d’investissement. Ils devront alors rendre les capitaux non utilisés à leurs investisseurs finaux, mettant ainsi à mal le rendement attendu par ces fonds. Afin d’éviter cette situation, DTZ s’attend à une activité plus soutenue des gestionnaires de fonds dans le déploiement de leurs capitaux avant l’expiration de leur mandat. Ceci pourrait constituer un facteur dynamique et positif pour la croissance des volumes de transactions en investissement au cours des prochaines années.

Suisse atypique

Le marché immobilier suisse ne souffre pas d’un besoin de refinancement comme cela peut être le cas en Europe. En effet, la demande pour des biens immobiliers d’investissement demeure très élevée. « Nous le constatons au travers de nos entretiens avec les acteurs du marché, privés ou institutionnels, dit Pierre Stämpfli, Managing Partner, DTZ Suisse. Comme en Europe, les investisseurs recherchent premièrement la sécurité dans leur placement immobilier et se tournent majoritairement vers les biens « prime », bien placés et bien loués »

www.dtz-ugl.com

24/04/2012

Tags : DTZ UGL

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 27 Février 2018 - 18:47 Une stabilisation fragile

Vendredi 19 Janvier 2018 - 14:50 L’immobilier de bureau en Suisse - 2018


Lu 1851 fois

Immo-swissnews.ch