CO-WORKING VERT


     


La Suisse peut réduire le niveau d’émissions de 1 million de tonnes de CO2 par an d'ici 2030

D'après une étude menée par Regus, la hausse du travail flexible devrait réduire les niveaux d’émissions de dioxyde de carbone de 214 millions de tonnes par an d'ici 2030.

En Suisse le recours au co-working permettrait d’économiser quelques 18 millions d’heures de trajet par an et ainsi réduire à l’horizon 2030 annuellement près d’1 million de tonnes de CO2. Une contribution du travail flexible s’inscrivant dans les objectifs suisses de l’agenda 2030 dont l’objectif est d’assurer un développement durable qu’il soit sur son volet économique, social ou écologique.

La quantité de dioxyde de carbone économisée par cette diminution équivaut au carbone capté par 5,5 milliards d'arbres en dix ans.

L'étude économique de Regus a concentré son analyse sur la croissance des espaces de travail flexibles d'ici 2030. Le périmètre d’étude concerne 16 pays. L’hypothèse haute, prévoit pour la Suisse une augmentation du travail flexible générant jusqu’à 200'000 nouvelles places de travail, correspondant à environ 44 millions de francs suisses.

Comme l'affirme Garry Gürtler, responsable Regus Suisse, « Le travail flexible est un petit pas dans la lutte contre le changement climatique. D'après l'ONU, le monde doit réduire ses émissions annuelles de gaz à effet de serre de 12 à 14 milliards de tonnes supplémentaires d'ici 2030 pour parvenir à limiter le réchauffement climatique à 2 °C. En donnant la possibilité aux travailleurs de réduire les trajets en travaillant plus près de chez eux, il serait possible d'économiser des millions de tonnes de CO² par an. Face à la situation climatique actuelle, le choix du travail flexible n'est donc plus simplement un impératif commercial ou personnel, c'est un geste pour la planète. »

Remarques

L'étude de Regus a analysé l'impact socio-économique du travail flexible dans 16 pays : l'Allemagne, l'Australie, l'Autriche, le Canada, la Chine, les États-Unis, la France, Hong Kong, l'Inde, le Japon, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, la Pologne, le Royaume-Uni, Singapour et la Suisse. L'étude a montré que:
• Le travail flexible contribuera de 10,04 billions de dollars à l'économie de 16 pays d'ici 2030, soit plus que les PIB actuels du Japon et de l'Allemagne réunis.
• Le travail flexible pourrait permettre de gagner 3,5 milliards d'heures de trajet au sein de 16 économies d'ici 2030.
• Les heures liées aux déplacements pendulaires et le CO² économisés ont été calculés selon un scénario de croissance accélérée du travail flexible. Un autre scénario de croissance normale a été utilisé, mais il n'apparait pas dans ce partage d’informations. .

À PROPOS DE REGUS

Regus est l’un des principaux fournisseurs mondiaux d'espaces de travail flexibles. Nous avons créé un réseau unique d'espaces de réunion, de bureau et de coworking, que les sociétés peuvent utiliser dans chaque ville à l'échelle internationale. Cette infrastructure mondiale a été créée pour aider les entreprises à saisir toutes les opportunités qui se présentent à elles.

Notre réseau d'espaces de travail permet à ces entreprises d'exercer leur activité partout dans le monde, sans frais d'installation ni investissement en capital. Il procure à nos clients des avantages immédiats en termes de coûts, et leur offre la possibilité d'externaliser complètement leur portefeuille de bureaux. Son but est d'améliorer la productivité, et de relier 2,5 millions de professionnels qui partagent les mêmes points de vue : une communauté mondiale instantanée et un endroit d'appartenance.

26/11/2018

Tags : Regus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 15 Décembre 2018 - 19:18 Offres d'emplois dans l'immobilier

Samedi 15 Décembre 2018 - 07:19 Nouveau locataire pour PSP à Zürich


Lu 172 fois

Regus