DTZ Research - Immobilier mondial : capitaux d’investissement en hausse


     


•Hausse de 4% des capitaux à investir dans l’immobilier mondial, à 311 milliards de dollars au cours des 6 derniers mois

•Augmentation due à la hausse des nouveaux capitaux en Europe, Asie et Etats-Unis, les investisseurs étant plus optimistes quant au leveraging

•Allocation géographique marquée par une part croissante des fonds sur un seul pays; les investisseurs restent fidèles au marché qu’ils maîtrisent le mieux

•Préférence encore plus marquée pour les marchés domestiques ou le continent d’origine, reflet de l’aversion au risque des investisseurs. Le continent Asie Pacifique est aujourd’hui la destination préférée des investisseurs intercontinentaux

DTZ, société du groupe UGL, a publié sa dernière étude “Great Wall of Money” qui estime que 311 milliards de dollars sont aujourd’hui disponibles pour être investis en immobilier dans le Monde en 2013. Ce chiffre est en hausse de 4% en 6 mois (298 milliards de dollars). [1]


L’étude de DTZ Research recense les nouveaux capitaux destinés à être investis directement en immobilier et les stratégies d’investissement annoncées par ces nouveaux fonds. Ces capitaux sont en hausse sur l’ensemble des continents à l’exception de l’Asie Pacifique qui enregistre une baisse de 4% avec 80 milliards de dollars identifiés, ces capitaux ayant vocation à être réellement investis plus vite qu’ailleurs à travers le monde.

Le volume de fonds propres est demeuré stable à l’échelle mondiale avec 319 milliards de dollars. Selon les continents des différences peuvent apparaître : hausse de 7% en Europe, de 54 à 58 milliards de dollars, volume stable aux Amériques et baisse de 38 à 35 milliards de dollars en Asie-Pacifique.

Nigel Almond, Directeur de Recherche et Stratégie chez DTZ et co-auteur de l’étude commente: « En dépit de l’incertitude qui pèse sur les perspectives de l’économie européenne, les capitaux destinés à être investis dans la région EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) enregistrent une progression de 8%, de 107 à 115 milliards de dollars, un niveau équivalent à celui des Amériques. Compte-tenu du volume assez bas des investissements en Europe, ce chiffre reflète le caractère contraint de la demande des investisseurs alors que les fonds ont toujours autant de difficulté à déployer leurs capitaux dans cette région ».

En Europe, les investisseurs sont toujours aussi prudents dans leurs opérations de financements. Le taux moyen d’endettement reste inchangé, autour de 49%, le niveau le plus bas des 3 régions étudiées. A l’inverse, la situation s’améliore aux Etats-Unis, avec un taux passé de 57 à 60% et en Asie-Pacifique passée de 54 à 56%. Ces conditions plus avantageuses, particulièrement aux Etats-Unis, ont aidé à attirer de nouveaux capitaux d’investissements.

Le recul des capitaux à investir en Asie Pacifique est en partie dû à une baisse des fonds propres nouveaux. Cependant, en dépit d’une baisse de l’activité sur ce continent, les niveaux de liquidités restent élevés et près de 55 milliards de dollars ont été investis au 1er semestre 2012, à comparer à un volume moyen de 37 milliards de dollars depuis 2003. Des niveaux de fonds propres plus élevés reflètent la relative facilité qu’ont les fonds à investir leurs capitaux. Le marché Asie Pacifique est aussi plus attractif que celui Européen, selon notre indice DTZ Fair ValueTM.

On notera la part croissante de l’allocation des fonds dans un seul pays. Ils représentent aujourd’hui près de 57% du volume des capitaux identifiés, en hausse par rapport au niveau de 44% deux ans auparavant. Cette progression de l’allocation par mono pays reflète en partie les incertitudes du marché et la volonté des investisseurs à injecter des capitaux dans les marchés qu’ils connaissent le plus et où ils sont le plus à même de le faire. Avec 46% des capitaux recensés, les Etats-Unis restent le pays le plus plébiscité par les investisseurs, suivis par le Royaume-Uni et la Chine, tous deux crédités de 10%. La progression de la part de marché de la Chine est en adéquation avec le succès rencontré par les récentes levées de fonds.

Kasia Sielewicz, Directrice de la Recherche Investisseurs, auteur principal de l’étude conclut: “La levée de nouveaux fonds a ralenti et enregistre une baisse de 3% à 51 milliards de dollars, un niveau cependant en hausse par rapport aux deux dernières années. La comparaison avec notre analyse de la Fair Value met en évidence une mauvaise allocation des fonds à travers le monde. A peine un quart de ces capitaux est destiné à l’Asie Pacifique contre un tiers pour la région EMEA et les Amériques, alors que nous identifions aujourd’hui plus d’opportunités en Asie qu’en Europe. Cela induit donc à terme des réallocation de fonds à destination de l’Asie Pacifique. »

[1] Voir DTZ Insight The Great Wall of Money, Mars 2012

24/10/2012


Lu 784 fois

Immo-swissnews.ch