Étude Crédit Suisse : Sous le signe de la hausse des taux et de la pénurie


     


Le vent a tourné sur le marché immobilier suisse: locataires et propriétaires sont confrontés à une augmentation des coûts et l’attrait pour les investisseurs a diminué.

La hausse des taux d’intérêt a mis fin à une phase d’essor extraordinairement longue, souvent qualifiée de supercycle – une longévité qui s’explique par la succession de différents éléments ces dernières années, comme les taux négatifs (2015), la conjoncture étonnamment robuste (2018) ou encore la poussée de la de- mande dans le sillage de la pandémie de coronavirus (2020).

Dans les années à venir, cette hausse des taux va priver le marché d’une bonne partie de son dynamisme, qui jusqu’à peu permettait aussi de compenser bon nombre d’erreurs de conception, de commercialisation et de gestion des biens immobiliers.

Contrairement à l’étranger, le marché immobilier helvétique traverse toutefois juste un processus de normalisation, et ne risque a priori pas de basculer. L’on pourrait parler d’atterrissage en douceur, sous réserve que les corrections de prix – que nous attendons dans les prochaines années – restent raisonnables.

Deux facteurs font de la Suisse une fois de plus un cas à part: premièrement, l’inflation dans notre pays ne représente qu’une fraction de celle mesurée à l’étranger, ce qui entraîne des relèvements de taux moins drastiques.

Le deuxième facteur est «fait maison». Il s’agit de l’atonie presque exaspérante de l’activité de construction, qui va bientôt entraîner le même genre de pénurie sur le marché des logements en location que sur celui de la propriété.

La diminution désormais inévitable de l’offre de logements va inéluctablement entraîner les loyers à la hausse – au grand dam des locataires.

Pour les investisseurs, l’augmentation des loyers devrait en revanche partiellement compenser la correction des valorisa- tions des immeubles résidentiels qui s’annonce. Seule ombre au tableau, avec la pénurie, les voix exigeant une réglementation plus stricte vont sans doute se multiplier.

Lire l’intégralité de l’étude

08/03/2023


Lu 1021 fois

Immo-swissnews.ch