Toute l'information immobilière en Suisse
Mobile
Newsletter
Rss
Twitter
Facebook
Google+
Instagram




Étude DTZ sur l'investissement immobilier mondial



Selon DTZ Research, le capital disponible pour l’investissement immobilier s’élèvera dans le monde à 329 milliards de dollars en 2011

104 milliards de dollars ciblent l’Asie du Pacifique, soit une augmentation de 45 % par rapport à la mi-2010. La région EMEA reste globalement stable, avec 114 milliards de dollars Les investisseurs d’Asie et d’Europe concentrent leur activité dans leur pays ou région d’origine, les investisseurs des États-Unis ayant davantage tendance à adopter une approche interrégionale Le réajustement des prix dans certains marchés asiatiques pourrait être plus rapide que les fondamentaux le laissent supposer Les levées de capitaux devraient se stabiliser à l’avenir si l'attractivité de l’investissement en immobilier se réduit

DTZ Research estime que le capital disponible pour l’investissement immobilier s’élèvera dans le monde à 329 milliards de dollars en 2011, soit une augmentation de 17 % par rapport à la dernière estimation de DTZ réalisée mi-2010. Cette augmentation est principalement due à la région Asie Pacifique, qu’un nombre croissant de fonds ont comme cible prioritaire. Les capitaux disponibles y ont ainsi augmenté de 45 % pour passer de 71 à 104 milliards d’USD depuis notre dernière étude.

La dernière édition de « The Great Wall of Money », qui vient d’être publié, analyse le flux nouveau de capitaux dédié à l’investissement direct en immobilier. Comme l'avaient déjà mis en évidence les deux premiers rapports, la majorité du capital disponible (56 %) est issu de fonds gérés par des tiers. Ces fonds ont d'ores et déjà levé un total de 131 milliards de dollars contre 114 milliards six mois plus tôt. Avec 71 milliards de dollars, soit plus du double des 33 milliards auparavant disponibles, les sociétés cotées représentent 20 % des fonds levés. L'investissement à destination d’un pays uniquement représente actuellement 50 % des fonds récoltés, contre 30 % en décembre 2009. DTZ Research s’intéresse également à la région d’origine des investisseurs dans chacune des régions ; les investissements purement nationaux ou intra régionaux l'emportant nettement sur ceux inter-régionaux. Nigel Almond, directeur associé de DTZ Forecasting & Strategy et auteur du rapport commente : « Les derniers résultats de notre étude montrent que de nombreux investisseurs restent focalisés sur leur marché national ou leur région d’origine qui leurs sont plus familiers. C’est tout particulièrement le cas pour l’Asie Pacifique et la région EMEA, où respectivement 92 et 81 % du capital à investir dans la région est de provenance locale.

L’Amérique va à l’encontre de cette tendance, avec à peine 36 % de ses fonds restant sur son territoire. Nous constatons par ailleurs que la majorité des fonds continuent de cibler plusieurs types d’actifs, ce qui montre une certaine flexibilité dans le déploiement de ces capitaux » Le capital disponible pour les fonds ciblant l’Asie Pacifique a augmenté de 45 % depuis la dernière édition de l’étude, passant de 71 à 104 milliards de dollars. Le rapport révèle également une augmentation du montant des capitaux à investir en Amérique (de 97 à 111 milliards de dollars soit une hausse de 14 %. Le montant du capital disponible ciblant la région EMEA n'a pour sa part que peu évolué, avec une hausse de seulement 2% pour s'établir à 114 milliards de dollars. Le volume de capital dans les trois principales régions du monde est à présent uniformément distribué, ce qui contraste nettement avec la situation de décembre 2008, lorsque près de la moitié du capital disponible ciblait la région EMEA. L’augmentation des capitaux ciblant l’Asie Pacifique et l’Amérique est cohérente avec le dernier Index™ Fair Value (FVI) de DTZ, qui indique que les marchés de ces régions sont généralement plus attractifs.

L’analyse par pays montre que les États-Unis attirent toujours plus de la moitié du capital disponible. Ceci confirme une fois de plus l'analyse du FVI, selon laquelle les États-Unis constituent l'un des marchés les plus attractifs de la planète. Le Royaume-Uni est le deuxième pays le plus ciblé et attire 10 % du capital disponible, une part en recul par rapport aux trimestres précédents. Ce résultat reflète en partie la tendance à la baisse des derniers scores du FVI pour ce pays. Hans Vrensen, directeur Monde de DTZ Research chez DTZ ajoute : « L’impact probable de la forte augmentation des capitaux à investir en Asie Pacifique devrait être une concurrence plus intense entre les investisseurs quant aux opportunités disponibles sur le marché. En conséquence, la correction à la hausse des prix dans certains marchés asiatiques pourrait s’effectuer à un rythme plus élevé que celui prévu. Ce phénomène a déjà été constaté au Royaume-Uni et commence également à se manifester en Europe continentale. » Depuis le premier rapport « The Great Wall of Money », édité en décembre 2009, une forte croissance des fonds levés a été constatée. Mais celle-ci devrait se stabiliser dans le futur si le déclin de l’attractivité de l’immobilier se confirme, comme le laisse penser la baisse du score de l’Index™ Fair Value au cours de ces quatre derniers trimestres. EMEA Magali Marton, directrice de DTZ Research pour la région CEMEA chez DTZ commente : « D'après nos estimations, le montant total des capitaux d'investissement disponibles en 2011 s'élève en Europe à 114 milliards de dollars, un chiffre pratiquement inchangé depuis notre première analyse de décembre 2009. Ces données sont en corrélation avec le dernier score de 40 de l’Index Fair Value de DTZ pour l’Europe, qui indique une attractivité en léger recul. Les prix se sont ajustés dans toute l’Europe, mais particulièrement au Royaume-Uni. Il reste cependant des opportunités d’acquisitions attractives, principalement sur les marchés émergents européens.

13/04/2011

Tags : Dtz

Lu 1866 fois

Rédaction Immo-swissnews.ch