Indice Fair Value Q3: les opportunités « prime » se réduisent



Score de 30 pour l’indice DTZ Fair Value TM tous produits, en baisse par rapport au 2ème trimestre 2011. Les opportunités se réduisent, Dégradation des perspectives économiques, qui influence les taux de rendement attendus et accroît la méfiance des investisseurs,
Attractivité encore forte de l’Allemagne et du Royaume-Uni, une majorité des marchés allemands sont qualifié de CHAUDS,
Forte baisse de l’indice pour le secteur industriel alors que le commerce affiche une certaine résilience,
Rendement locatif stable comparé à la baisse des obligations d’Etat.

Le marché de l’investissement en Europe offre aujourd’hui moins d’opportunités qu’au 2ème trimestre 2011, selon la dernière publication de l’indice DTZ Fair ValueTM qui mesure l’attractivité des marchés en immobilier d’entreprise dans le monde.

Avec un score de 30 au 3ème trimestre 2011, l’indice affiche une baisse de 11 points par rapport à son niveau du 2ème trimestre. Cette contraction se retrouve dans tous les secteurs avec une baisse de 8 points pour le bureau (de 28 à 20 au 3ème trimestre), de 12 points pour le commerce (de 52 à 40) et 17 points pour l’industriel, passé de 52 à 35.

Cette baisse de l’indice Fair Value est à mettre en relation avec la dégradation des perspectives économiques provoquées par la crise de la dette souveraine en Europe et le risque d’une récession économique. Ce contexte difficile se traduit par des projections de croissance de loyers plus faibles que prévu dans de nombreux pays, et des taux de rendements attendus plus bas. L’instabilité croissante des marchés financiers a augmenté la méfiance des investisseurs : ceux-ci appliquent désormais une prise de risque plus élevée et attendent donc des taux de rendement plus importants.

DTZ souligne cependant que – comparé à la chute des obligations d’Etat – le marché immobilier continue d’offrir des taux de rendement intéressants. Ainsi plus de la moitié des 98 marchés couverts par notre analyse sont qualifiés de BRULANTS ou CHAUDS. Au cours du 3ème trimestre, 19 marchés sont passés de CHAUDS à FROIDS, quand 5 ont été requalifiés de BRULANTS à CHAUDS et 2, à l’inverse, de FROIDS à CHAUDS. Cependant, les marchés immobiliers allemands sont quasiment tous dans la catégorie CHAUDS.

Magali Marton, Head of CEMEA Research chez DTZ, de conclure: “Plusieurs marchés italiens ont été dégradés ce trimestre, en écho à la forte hausse des taux obligataires et dans son sillage, celle des taux de rendements attendus. A moyen terme, la croissance des loyers devrait être plus importante en Espagne qu’en Italie. En ce sens, le « pricing » actuel est plus attractif sur le marché espagnol que sur le marché italien”.

Pour plus d’information, merci de contacter:
Pierre Stämpfli, arch. dipl. ETHZ/SIA, MSc, MRICS, Managing Partner, Suisse
Tel: 022 839 73 73 – Email : pierre.stampfli@dtz.com
Magali Marton, Head of CEMEA Research
Tel: + 33 1 49 64 49 54 – Email: magali.marton@dtz.com


26/11/2011


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 27 Février 2018 - 18:47 Une stabilisation fragile

Vendredi 19 Janvier 2018 - 14:50 L’immobilier de bureau en Suisse - 2018


Lu 773 fois

Immo-swissnews.ch