L’immobilier commercial sur la lente voie de la reprise


     


Les perspectives de l'immobilier commercial sont au centre des préoccupations cette semaine avec de nouvelles recherches de Colliers International suggérant que le marché britannique se remet lentement des effets de la pandémie. Environ 2 milliards de livres sterling ont été négociées pour le deuxième mois consécutif en juillet, une augmentation significative par rapport aux faibles chiffres enregistrés pendant le verrouillage, mais toujours en baisse d'environ 60% par rapport aux 5,6 milliards de livres sterling enregistrés en juillet de l'année dernière.

Oliver Kolodseike, économiste en chef adjoint du Royaume-Uni chez Colliers International, déclare: «Les volumes d'investissement au cours des sept premiers mois sont en baisse de 20% par rapport aux niveaux de 2019. Ce n'est pas un mauvais résultat, et certainement meilleur que ce que beaucoup attendaient au début de la récession. "

Une nouvelle étude de Savills, quant à elle, indique que les taux de vacance de bureaux européens ont augmenté en moyenne de 30 points de base pour atteindre 5,8% au deuxième trimestre 2020, mais restent à un niveau historiquement bas. Et un manque d'offre en général sur tout le continent, mais surtout à Berlin, Paris et Munich, signifie que les loyers faciaux sont en fait en augmentation.

«La sous-offre de bureaux à travers l'Europe a continué d'exercer une pression à la hausse sur les loyers principaux, qui ont augmenté de 3% en moyenne au cours des 12 mois se terminant au deuxième trimestre 2020, malgré une augmentation des périodes sans loyer de 1%», déclare Mike Barnes , Recherche européenne associée à Savills.

Le marché des bureaux d'Édimbourg est également bien placé pour se remettre du ralentissement économique, selon l'analyse de Knight Frank, qui révèle que le taux de vacance pour tous les niveaux de bureaux à travers la ville ne dépassera probablement pas 8,5%, soit moins de la moitié du taux enregistré au lendemain de la crise financière il y a un peu plus de dix ans.

«Le volume de la demande est resté robuste, tandis que l'offre de nouveaux espaces reste relativement rare et que le pipeline de développement a été freiné par les effets de Covid-19», déclare Toby Withall, agence de bureau partenaire chez Knight Frank Edinburgh.

Le principal marché résidentiel du centre de Londres connaît quant à lui un regain d'intérêt de la part des acheteurs de Hong Kong, des Émirats arabes unis et de l'Inde, selon DEXTERS. Et en plus d'un code postal prestigieux - Mayfair, Marylebone, Knightsbridge, Kensington, Chelsea - les entrées privées et l'espace extérieur sont en tête des listes de souhaits des acheteurs potentiels.

L'investissement immobilier en Europe en général, et pas seulement dans la capitale britannique, est une priorité pour les HNWI de Hong Kong, selon une nouvelle enquête d'Invest Cyprus, qui identifie peut-être de manière prévisible les récentes tensions politiques avec la Chine continentale comme un facteur majeur dans la recherche des investisseurs de Hong Kong. pour déplacer des capitaux vers le continent.

Et enfin, un peu de nouvelles technologiques avec un nouveau partenariat entre British Land et Equiem, qui vise à fournir une application d'engagement numérique des locataires '' sur les campus londoniens à usage mixte de l'entreprise. Les 19 millions de visiteurs annuels de Broadgate seront les premiers à goûter à l'expérience Equiem avec la nouvelle application fournissant du contenu organisé sur les magasins et les restaurants, ainsi qu'un accès mains libres aux bureaux et aux équipements, ainsi que des informations sur la qualité de l'air et les niveaux d'occupation des bâtiments.

20/08/2020


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 1 Décembre 2020 - 19:12 Swiss Life AM acquiert la Rotterdam Resi Tower

Mardi 1 Décembre 2020 - 07:09 Non à la loi sur le CO2


Lu 168 fois

Immo-swissnews.ch