Le centre culturel MECA réalisé par BIG et Freaks ouvre ses portes à Bordeaux


     


La ville de Bordeaux célèbre l'inauguration de son nouveau lieu culturel au bord de l'eau conçu par BIG (groupe Bjarke Ingels) en collaboration avec l'agence parisienne Freaks, qui a ouvert ses portes aujourd'hui. La MECA (Maison de l’économie créative et de la culture), centre multidisciplinaire doté de 60 millions d’euros, comprend un centre régional des arts du FRAC, un centre des arts de la scène, l’OARA, et une agence du livre, du cinéma et de l’audiovisuel, l’ALCA. Il vise à renforcer la présence internationale à Bordeaux et dans la région Nouvelle-Aquitaine, dans le sud-ouest de la France.

"Ce bâtiment doit refléter notre engagement en faveur de la création contemporaine - des arts de la scène à la littérature en passant par les arts de la scène", a déclaré Frédéric Vilcocq, responsable de projet chez MECA. «BIG l’a compris et l’a transcrit architecturalement. Nous avons été séduits par la dimension monumentale de leur projet, par l’arc asymétrique et par la façon dont les gens peuvent utiliser l’immense rampe pour traverser le MECA sans entrer à l’intérieur. »

Le magnifique bâtiment sur le site d'un ancien abattoir permet aux visiteurs de franchir une rampe menant à la Garonne, même lorsque le lieu est fermé. Le FRAC occupe les trois étages supérieurs (avec 1 200 m² d’espace d’exposition, des studios de production pour artistes et des lieux de stockage) et dispose d’une immense terrasse surplombant la ville.

Le projet est comme une boucle géante qui s’enroule autour de lui et crée un trou dans le bâtiment avec une arche déformée au sommet », explique Jakob Sand, partenaire chez BIG, qui a géré le projet avec Ingels. "Il crée un espace public et constitue un nouveau cadeau pour la ville de Bordeaux."

BIG a battu ses rivaux SANAA, W-Architectures de Toulouse et Flint à Bordeaux, avec Freaks (fondé par Yves Pasquet, Cyril Gauthier et Guillaume Aubry) pour le projet. «En tant qu’agence, nous étions trop petits à l’époque [pour rivaliser seuls] et BIG a immédiatement répondu« oui », explique Pasquet.

Le bâtiment de conception paramétrique présente le style expressif caractéristique de BIG. Les pixels des fenêtres carrées de la façade sont conçus pour contrôler la quantité de lumière pénétrant dans les espaces et les bureaux dissimulent le nombre d'étages et créent un sentiment de transparence. Pendant ce temps, la scène du théâtre se caractérise par un fond noir en cubes et par des rangées de sièges (cachés sous le sol) qui apparaissent pendant les représentations.

C'est le deuxième projet que BIG a dévoilé en France cette année, après l'inauguration des Galeries Lafayette sur les Champs-Élysées en mars





29/06/2019


Lu 159 fois

Immo-swissnews.ch