Les immeubles logistiques seront les gagnants de la crise du coronavirus, selon l'étude Scope


     


Bien que l'humeur des vendeurs d'investissements logistiques se soit légèrement assombrie en raison de la crise du coronavirus, près des trois quarts des personnes interrogées dans une nouvelle étude de Scope s'attendent à ce que les loyers des immeubles logistiques augmentent au cours des trois prochaines années.

Scope a interrogé 16 investisseurs d’immeubles logistiques pour évaluer leur situation actuelle et future. Ensemble, les personnes interrogées gèrent plus de 380 milliards d'euros de biens immobiliers et proposent diverses solutions d'investissement telles que des fonds alternatifs spéciaux ou des fonds immobiliers diversifiés dans différents types d'utilisation. Un quart des personnes interrogées proposent également aux investisseurs des investissements immobiliers logistiques par le biais de véhicules de capitaux d'emprunt.

Bien que les attentes des 16 prestataires restent positives pour 2020 et 2021 pour tous les segments dans lesquels ils sont actifs, leur humeur est mitigée par rapport à l'année précédente en raison de la crise. Cela vaut en particulier pour les prestataires dans le secteur du développement de projets.

En raison de la tendance aux achats en ligne, qui a été accélérée par la crise, les investissements logistiques sont considérés comme beaucoup plus solides que ceux des secteurs du commerce de détail et de l'hôtellerie, par exemple. En raison de la crise, les investisseurs accordent davantage d'attention aux secteurs dans lesquels les locataires de biens logistiques sont actifs. Si la logistique du commerce de détail en ligne, de l'alimentation et des produits pharmaceutiques résiste relativement bien à la crise, les risques de location dans l'industrie automobile, y compris ses fournisseurs, et dans la construction mécanique ont augmenté.

Malgré la crise du coronavirus, 73 % des personnes interrogées s'attendent à ce que les prix de location des biens logistiques augmentent au cours des trois prochaines années, tandis que 27 % s'attendent à une stagnation. L'évolution des loyers variera en fonction de la localisation et de la structure économique. Les bons emplacements dans les zones métropolitaines deviendront plus chers, tandis que les centres logistiques dans les zones rurales seront moins demandés. Les régions à caractère industriel et dépendantes de secteurs sujets à la crise sont plus susceptibles de connaître une baisse des loyers.

À court terme, cependant, les loyers de l'offre ont baissé. Entre le début de l'année et juin 2020, les prix ont baissé de 8,6 % et de 3,4 % en glissement annuel. Seule la zone métropolitaine de Berlin, qui a le moins de caractère industriel, a été exclue de cette évolution et affiche même une augmentation significative des loyers d'approvisionnement en juin 2020 par rapport au début de l'année de 14,5 %. 60 % des personnes interrogées s'attendent à des rendements compris entre 4 et 5 %.

L'Allemagne reste le site logistique le plus attrayant pour les investisseurs dans le contexte européen. Au total, 56 % des personnes interrogées le jugent attrayant et jusqu'à 44 % le considèrent comme très attrayant. L'Allemagne reste de loin le plus grand marché d'Europe. Sa situation géographique, ses infrastructures, ses performances économiques, ses normes technologiques élevées et, enfin, le grand nombre d'habitants à pouvoir d'achat relativement élevé (qui peuvent être atteints en tant que consommateurs) parlent également en sa faveur.

Outre l'étude du marché immobilier de la logistique, l'agence de notation Scope a interrogé les gestionnaires de fonds immobiliers ouverts sur l'évolution probable des parts des types d'utilisation dans les portefeuilles au printemps 2020. Au total, 44 % des fournisseurs de fonds immobiliers ouverts prévoient d'augmenter leurs achats de biens logistiques au cours des trois prochaines années. Seuls 6 % prévoient des ventes. En revanche, l'intention de vendre est prédominante dans le cas des biens de détail, 22 % des personnes interrogées envisageant de vendre et seulement environ 17 % d'acheter.

17/08/2020


Lu 96 fois

Immo-swissnews.ch






" "