Les investisseurs sont à la recherche d'investissements résidentiels à travers l'Europe, selon Catella


     


Une nouvelle étude de Catella sur les marchés de l'immobilier résidentiel dans 61 villes et 19 pays d'Europe a révélé que la phase pandémique actuelle a eu peu d'effet sur les marchés des investisseurs et des transactions.

La demande dans l'environnement des taux d'intérêt bas reste très élevée, ce qui se traduit par une nouvelle augmentation des prix d'achat et des loyers moyens depuis la dernière période de référence en octobre 2020. Cette augmentation s'est accompagnée une fois de plus d'une compression soutenue du rendement au sein de la catégorie d'actifs résidentiels. Même la hausse des taux d'intérêt à long terme et les préoccupations occasionnelles en matière d'inflation ne peuvent pas arrêter l'intérêt des investisseurs pour les appartements, semble-t-il.

Le professeur Thomas Beyerle, responsable de la recherche du groupe Catella, déclare : "La demande de biens immobiliers résidentiels européens reste extrêmement élevée. L'ajout de plus en plus notable de véhicules résidentiels aux véhicules d'investissement qui étaient auparavant principalement axés sur le bureau ou le commerce de détail donne également au marché une dynamique particulière. Ces marchés continuent d'offrir un potentiel aux investisseurs à la recherche d'opportunités de diversification et d'un portefeuille risque/rendement équilibré sur les marchés européens. Les grandes agglomérations et les capitales sont actuellement les marchés les plus recherchés. D'autre part, cependant, ces marchés sont nettement plus volatils et hétérogènes que les villes B, en particulier en période de changements importants de signes économiques, d'intervention politique croissante en matière de prix et encore difficile d'évaluer les effets structurels de la phase post-pandémique."

Selon l'étude, le loyer mensuel moyen des logements (toutes années de construction) des 61 villes analysées est actuellement de 15,46 EUR/m2, ce qui représente une diminution de 0,9 % par rapport à l'analyse de l'année dernière au troisième trimestre 2020.

Les loyers résidentiels les moins chers se trouvent à Liège (9,30 EUR/m2) en Belgique, suivie de la ville espagnole de Malaga avec une moyenne de 9,40 EUR/m2 et de Brno (9,50 EUR/m2) en République tchèque.

Le marché locatif le plus cher se trouve à Genève, en Suisse, à 30,10 EUR/m2. Au Luxembourg, les prix ont augmenté de 16 % au total pour atteindre 29,00 EUR/m2, et les villes recherchées de Paris et Dublin continuent également d'être des sites résidentiels à prix élevé en Europe.

Le prix d'achat moyen d'un appartement en Europe (toutes années de construction) s'élève actuellement à 5 017 EUR/m2, complétant une forte augmentation de 4,15 % sur le premier semestre de l'année. Les prix varient de 1 700 EUR/m2 à Riga à 15 430 EUR/m2 à Londres.

Londres reste le marché le plus cher pour les condominiums, mais le prix d'achat moyen a encore chuté de 8,4 % au cours des six derniers mois. Genève suit en deuxième place avec un prix d'achat moyen pour les appartements de 13 760 EUR/m2 (+4,2 %).

Le rendement principal européen moyen des immeubles d'appartements est tombé à 3,19 % et est donc inférieur de 0,47 % à celui d'il y a six mois.

Le rendement le plus faible de tous les marchés résidentiels européens se trouve à Stockholm (appartements existants) à 1,30 %, suivi de Zurich à 1,40 %.

Les rendements préférentiels les plus attrayants des 61 marchés analysés se trouvent dans les villes baltes de Riga et Vilnius avec 5,35 %, suivies de Wroclaw en Pologne avec 5,3 %.

Catella s'attend à ce que les rendements continuent de baisser légèrement dans de nombreux sites européens jusqu'à la fin de l'année.

28/05/2021

Tags : Catella

Lu 200 fois

Immo-swissnews.ch