Les marchés des bureaux de la zone EMEA devraient se redresser au second semestre 2021


     


Les marchés des bureaux de la zone EMEA devraient se redresser au second semestre 2021
Les marchés de bureaux de la zone EMEA organiseront une reprise plus rapide et plus forte que prévu de la crise pandémique du COVID-19, selon le responsable de la recherche pour la région EMEA chez Colliers International, conseiller immobilier mondial. Damian Harrington, responsable de la recherche pour la zone EMEA, a fait ses prévisions optimistes lors du récent événement en ligne de Colliers intitulé «EMEA Office Markets Update: The Current State of Play - Opportunities and Risks on the Road Ahead»: «Le marché reviendra, peut-être plus vite que prévu , dans la seconde moitié de 2021. Même si la vacance va augmenter, elle sera principalement due à la libération d'espaces moins attractifs, tandis que la demande et la disponibilité de l'espace central vont se resserrer, créant des loyers prime plus élevés, long terme."

Harrington a déclaré que la reprise du marché des bureaux dans la zone EMEA était liée au contexte plus large de la trajectoire de reprise économique des pays de la région. Bien que la prise de fonctions ait diminué au cours des trois premiers trimestres de 2020 à la suite de la suspension des décisions, le marché ne semble toujours pas aussi mauvais que lors de la crise financière mondiale (GFC) de 2007-09.

"L'absorption nette et la consommation peuvent continuer à baisser jusqu'à la fin de cette année et jusqu'en 2021, mais je ne pense toujours pas que nous atteindrons tout à fait les niveaux du GFC", a-t-il déclaré. «Même lorsque nous atteindrons le fond, je pense que le rebond sera beaucoup plus brutal parce que les taux de chômage ne sont pas aussi élevés qu’ils l’étaient pendant la GFC. Après le GFC, il a fallu environ cinq ans avant que les marchés du travail ne reviennent à la parité. Ce facteur clé semble très différent cette fois-ci ».

Il a souligné que les loyers des bureaux principaux de premier ordre étaient restés largement inchangés dans la zone EMEA, même si des incitations plus importantes étaient offertes, en particulier dans les marchés plus densément occupés. Bien que les taux de vacance de bureaux aient commencé à augmenter, la moyenne EMEA n’était que de 6,5%, soit plus de 200 points de base en dessous de la moyenne cyclique (14 ans).

Le marché des bureaux EMEA le plus dynamique est Berlin, avec un taux de vacance de 1,4% seulement et une stabilité des loyers dans les zones principales et secondaires du CBD. Il est actuellement considéré comme un marché des propriétaires et devrait rester un marché des propriétaires dans 12 mois. En revanche, Dubaï a un taux de vacance de 40% et les loyers dans les zones prime et secondaire du CBD diminuent tandis que les taux de vacance devraient augmenter. Il s'agit actuellement d'un marché de locataires et on prévoit que ce sera également le cas dans 12 mois.

«Cela dit, l'impact sur le sentiment des entreprises européennes et les perspectives de PIB diminue à la lumière de la deuxième vague de COVID-19, de sorte que le défi d'atténuer cette pandémie jusqu'à ce que les vaccins soient disponibles peut sembler énorme. Pourtant, le marché se redressera. La Chine passe déjà par la phase de reprise à une croissance consolidée, les chiffres du PIB pour le troisième trimestre 2020 représentant une augmentation de 4,9% de la production économique sur un an. La plupart des autres pays d'Asie-Pacifique travaillent à leur deuxième vague de COVID-19, les cas actifs diminuant et leurs économies se redressant. Nous attendons tous et espérons qu'un vaccin sera prêt et distribué dans le monde entier. Cela ressemble de plus en plus à la seconde moitié de 2020, étant donné que plusieurs vaccins sont en phase trois de test et que les tests de provocation sur l'homme devraient également commencer pour certains à la fin de 2020, ou au début de 2021. Bien sûr, les vaccins prendront temps à répartir entre les populations mondiales, nous respecterons donc la distanciation sociale jusqu'en 2022, mais nous avons montré que nous pouvons et allons nous adapter.

La plupart des économies européennes semblent devoir renouer avec la croissance au premier semestre 2021, bien qu'une nouvelle série de verrouillages locaux et nationaux puisse repousser la reprise économique.

29/10/2020

Tags : Colliers

Lu 273 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter