Madrid limite l'activité d'Airbnb à un quota de licences d'appartements touristiques



La Mairie de Madrid déterminera la capacité de chaque quartier à accueillir des hôtels, des appartements et des résidences de tourisme. Elle limitera à 90 jours le loyer des maisons des particuliers qui n'ont pas cette licence.

Madrid commence l'année avec un nouveau cadre réglementaire. Le conseil municipal de la capitale prévoit de limiter l'octroi de licences aux maisons privées qui peuvent être louées plus de trois mois par an en fonction de la capacité de chaque quartier. Les personnes qui louent leur logement moins de quatre-vingt-dix jours par année n'auront pas besoin de ce permis.

Le plan spécial de contrôle des usages touristiques à développer déterminera la capacité des quartiers, notamment ceux du centre, en fonction du nombre d'hôtels, d'appartements et d'hébergements touristiques pouvant convenir. Le Consistoire Madrilène estime qu'il recevra entre 1.000 et 1.200 demandes en relation avec l'octroi de cette licence, selon le recensement de la Communauté de Madrid.

Ce nouveau cadre réglementaire sera lancé après l'approbation de la consultation à la commission d'interprétation du Plan Général d'Urbanisme et le plan spécial d'usages tertiaires dans la ville.

Fin décembre, le Conseil des ministres a approuvé un règlement qui obligera des sociétés telles que Airbnb, HomeAway ou Windu à envoyer à l'administration fiscale des informations sur les propriétaires des logements loués ou des chambres, les clients et le montant payé. L'entrée en vigueur de la norme est prévue pour juillet prochain et entraînera également l'obligation de soumettre des rapports périodiques, dans le but de déclarer leur activité "plus en détail".

06/01/2018

Tags : Airbnb

Lu 127 fois

Immo-swissnews.ch