Marché immobilier 2017



Le marché du logement locatif suisse poursuit son ralentissement. Bien que les taux de vacance augmentent, la construction de logements en location se poursuit.

Par conséquent, le nombre de surfaces inoccupées va augmenter. Ce sont les taux d'intérêt négatifs qui sont à l'origine de cette évolution. Les prix des immeubles plurifamiliaux devraient donc encore s'accroître en 2017, en dépit de la baisse des loyers. En revanche, ceux des logements en propriété ne progressent plus. Après 14 ans de hausse, leur croissance s'est achevée au quatrième trimestre 2016.

L'immobilier reste plus que jamais dans les bonnes grâces des investisseurs. La «ruée vers la pierre» transparaît notamment dans le dynamisme constant de la construction de logements locatifs, dans l'augmentation continue de la proportion d'immobilier dans les portefeuilles des investisseurs institutionnels et dans la bonne, voire excellente, performance des placements immobiliers au cours de l'année écoulée. Toutefois, plus cet engouement se prolonge, plus il sape son propre fondement, car les taux de vacance ne cessent d'augmenter et les revenus locatifs sont sous pression.

Marché du logement locatif: tout droit vers un ralentissement

Le ralentissement amorcé en 2016 par le marché du logement locatif se poursuit cette année. L'environnement des taux négatifs qui prévaut depuis plus de deux ans et la pénurie de placements qui en découle dopent la construction de logements locatifs, et ce malgré la baisse de la demande induite par le recul de l'immigration. Néanmoins, maintenant que la conjoncture s'est progressivement remise du choc du franc fort, les économistes du Credit Suisse ne prévoient pas un nouvel affaiblissement de l'immigration en 2017. Toutefois, la diminution structurelle du pouvoir d'achat des locataires devrait se poursuivre car les nouveaux immigrants proviennent de plus en plus de pays à bas revenus et les ménages suisses aisés se tournent vers la propriété. Le marché du logement locatif va donc souffrir d'une baisse du pouvoir d'achat. Par conséquent, les taux de vacance devraient continuer à augmenter, rendant la commercialisation de plus en plus difficile. La concurrence que se livrent les bailleurs pour attirer les locataires va donc s'intensifier. Si les risques augmentent pour les propriétaires, les locataires en revanche devraient pouvoir trouver plus facilement à se loger et bénéficier d'une baisse progressive des loyers.

L'activité de construction s'intensifiant en particulier dans les communes périurbaines, la suroffre devrait s'observer à moyen terme dans ces zones. Les centres, où la pénurie de terrains et l'importance de la réglementation freinent la croissance de l'offre, affichent en revanche un parc de logements insuffisant.

Consulter L'étude du Crédit Suisse

12/03/2017


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 27 Février 2018 - 18:47 Une stabilisation fragile

Vendredi 19 Janvier 2018 - 14:50 L’immobilier de bureau en Suisse - 2018


Lu 620 fois

Immo-swissnews.ch