Paris : baisse de 33% l'investissement dans l'immobilier en 2020


     


Paris : baisse de 33% l'investissement dans l'immobilier en 2020
La logistique et les bureaux ont de meilleures performances que le commerce de détail, plus touché par la crise sanitaire. Les locations de bureaux ont chuté de 45% et la disponibilité a grimpé de 36% à 3,68 millions de mètres carrés.

La ville lumière perd son éclat pour l'immobilier. Le volume des investissements en actifs immobiliers en Ile-de-France est passé à 19,1 milliards d'euros l'an dernier, 33% de moins qu'en 2019, selon les données d'ImmoStat, le service de recherche des principaux cabinets de conseil en immobilier qui opèrent en France. Tous les actifs ont été affectés par cette baisse qui a impacté dans une moindre mesure les immeubles logistiques et de bureaux. Au lieu de cela, le commerce de détail a été fortement affecté par la situation actuelle.

«Bien qu'il puisse y avoir des ajustements de prix dans certains secteurs, les perspectives pour 2021 restent positives car l'activité des investisseurs devrait se poursuivre», déclare Nicolas Verdillon, directeur exécutif des investissements chez CBRE. "La disponibilité de liquidités à investir, associée à une prime de risque très attractive, sont des éléments d'appréciation du marché immobilier, malgré le resserrement des conditions financières", a-t-il ajouté.

En effet, et malgré cette baisse significative du volume d'investissement, les prix des bureaux n'ont pas souffert. La valeur moyenne des actifs de bureaux a atteint 8 130 euros le mètre carré à la fin de l'année dernière, soit 5% de plus.

Les locations de bureaux en Ile-de-France se sont élevées à 1,32 million de mètres carrés en 2020, un chiffre qui représente une réduction de 45% par rapport à 2019. La disponibilité dans le Grand Paris à fin décembre était estimée à 3 , 68 millions de mètres carrés, 36% de plus qu'un an auparavant. Les prix de location sont cependant restés à 405 euros le mètre carré par an, avec une augmentation de 2%.

«La deuxième vague de la pandémie a soulevé des incertitudes et de nombreux projets sont en cours de révision voire annulés», explique Marie-Laurel Leclercq de Sousa, directrice des locations chez JLL. «Les entreprises, pour leur part, retardent les décisions et, pour cette année, nous prévoyons un meilleur équilibre entre le télétravail et la reprise de l'activité économique», explique Leclercq de Sousa.

12/01/2021


Lu 141 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter