Paris : l’immeuble du Virgin des Champs-Elysées à vendre 500 M€


     


Selon l’agence économique Bloomberg, l’immeuble abritant le Virgin Megastore et le Monoprix des Champs-Elysées (Paris VIIIe) a été mis en vente par son propriétaire, l’assureur Groupama.

Le 52/60, avenue des Champs- Elysées et ses 27000 m2 de surface commerciale et de bureaux a été mis à prix 500 M€.

Une somme qui serait bienvenue pour Groupama, qui n’a pas souhaité répondre à nos questions. Même si elle a été sauvée de la faillite par la Caisse des dépôts, l’entreprise, plombée par la crise de la dette grecque, est à la recherche d’argent frais. D’où la vente de l’immeuble des Champs-Elysées, une avenue où le mètre carré s’échange entre 10000 € et 15000 €.

Quelle entreprise ou fonds d’investissement pourrait s’offrir ce bâtiment des années 1930? Difficile à dire, les acteurs du secteur immobilier se refusant « à tout commentaire » sur d’éventuels candidats. Tout juste le cabinet de conseil en immobilier Jones Lang Lasalle mandaté par Groupama pour organiser cette vente, concède-t-il « avoir cet assureur comme client ».

Le bâtiment serait de nouveau mis en location

Une chose est sûre : le futur acquéreur devra être doté d’une sacrée puissance de tir financière. A quelle fin le bâtiment pourrait-il être acheté? Selon plusieurs spécialistes interrogés, le 52/60, avenue des Champs-Elysées devrait à nouveau mis en location par le prochain propriétaire des lieux.

Selon une étude du cabinet spécialisé en immobilier d’entreprise Cushman & Wakefield, après un recul en 2010 (9,5%), les loyers sont repartis à la hausse l’an dernier sur les Champs-Elysées : + 5,3%, à 7 364 € du mètre carré par an. Certes, on est très loin des 16704 € du mètre carré de la Cinquième Avenue new-yorkaise. Il n’empêche, louer un bâtiment sur l’artère la plus chère d’Europe peut être très rentable. Car qui dit nouveau propriétaire dit nouveau loyer.

Dans le cas de Virgin, c’est bien le problème. L’enseigne de ventes de biens culturels occupe le magasin des Champs-Elysées, le plus important dont elle dispose en France, depuis 1988. Accepterait-elle de voir son loyer — quelque 6 M€ par an — revu à la hausse? Rien n’est moins sûr. Confronté à une érosion de ses ventes, Virgin n’en aurait pas forcément les moyens. Même si, selon des porte-parole de l’enseigne, « le retrait du Virgin Megastore des Champs-Elysées n’est pas d’actualité », en coulisses, les rumeurs vont déjà bon train sur l’identité du futur locataire du 52/60, avenue des Champs-Elysées. Plusieurs noms circulent, comme celui d’Apple ou de la marque de prêt-à-porter américaine pour adolescents Forever 21.

Après la récente arrivée de Marks & Spencer, Banana Republic, Abercrombie and Fitch et bientôt Levi’s sur les Champs-Elysées, l’installation d’une nouvelle enseigne de prêt-à-porter sur cette avenue pourrait toutefois être confrontée à l’opposition de la commission départementale d’aménagement commercial, selon un élu parisien.

source : Le Parisien




08/05/2012


Lu 3396 fois

Immo-swissnews.ch