Toute l'information immobilière en Suisse
Mobile
Newsletter
Rss
Twitter
Facebook
Google+
Instagram




Perspectives 2007: accélération de l'économie mondiale après un ralentissement passager



Après un ralentissement passager de la conjoncture, l'économie mondiale va nettement se ressaisir l'an prochain, si bien que les taux des marchés monétaires internationaux resteront en légère hausse. Pour l'instant, les marchés financiers sont toutefois encore marqués par des incertitudes conjoncturelles, lesquelles continueront à peser sur le dollar américain à court et à moyen terme. Le billet vert devrait cependant reprendre des couleurs avec l'éclaircissement de l'horizon conjoncturel aux Etats-Unis. La tendance haussière prévalant actuellement sur les marchés d'actions devrait donc perdurer dans un contexte de volatilité accrue. Une meilleure prise en compte des risques milite en outre pour des stratégies d'investissement thématiques. Les experts du Credit Suisse jugent particulièrement prometteurs les placements en actions dans les secteurs des infrastructures, de l'énergie, de l'eau et des produits de luxe. Pour 2007, ils recommandent aussi des stratégies sélectives dans les autres classes d'actifs comme l'immobilier, les matières premières et les obligations. L'immobilier renferme toujours des possibilités de placement intéressantes du double point de vue cyclique et structurel. Pour les emprunts d'entreprises, les analystes du Credit Suisse recommandent les débiteurs de premier ordre. De bonnes occasions seront en outre à saisir dans le segment des emprunts indexés sur l'inflation.

La croissance mondiale fléchit depuis mi-2006 sous l'effet du net rafraîchissement de la conjoncture aux Etats-Unis. Les analystes du Credit Suisse misent toutefois sur une nouvelle accélération de l'économie mondiale en été 2007. D'une part, l'Europe est devenue un pôle de croissance pour l'économie mondiale et son marché intérieur est en forte expansion. Malgré un ralentissement passager de la croissance, la zone euro et la Suisse connaîtront toutes deux, en moyenne annuelle, des taux d'expansion supérieurs au potentiel. D'autre part, vu la situation de revenu favorable des consommateurs et des entreprises, le moteur conjoncturel américain devrait aussi se remettre à tourner plus vite après un hiver plutôt morose.

Taux d'intérêt: légère tendance à la hausse
A la fois modéré et passager, le fléchissement de la croissance ne réduira guère l'utilisation déjà forte des capacités sur le plan mondial. Les experts du Credit Suisse prévoient donc de nouvelles hausses graduelles des taux d'intérêt. Alors qu'aux Etats-Unis, la pause des taux pourra encore durer quelque temps en raison du net ralentissement de la croissance, il faut s'attendre à de nouveaux relèvements préventifs dans la zone euro et en Suisse. Les rémunérations sur les marchés de capitaux devraient aussi reprendre le chemin historiquement peu pentu de la hausse lorsque s'accumuleront les signes d'une accélération de la conjoncture mondiale soutenue par les Etats-Unis.

La politique des banques centrales, clé de l'évolution du dollar
Le dollar a nettement faibli ces derniers temps. A la politique plus restrictive de la Banque centrale européenne fait face une attitude plutôt réservée de la Réserve fédérale américaine. Aussi le dollar présente-t-il un potentiel de hausse pratiquement nul pour ces prochains mois et il pourrait même encore reculer. Le jour où les signes d'une reprise économique se préciseront aux Etats-Unis et où certaines banques centrales d'Europe marqueront une pause dans le cycle de hausse des taux, le dollar pourra alors profiter quelque peu du différentiel d'intérêt en sa faveur. Même s'il se resserre, cet écart subsistera, de sorte que le dollar, sous-évalué par rapport aux monnaies européennes, pourrait se renforcer au second semestre 2007. L'euro devrait rester ferme contre les monnaies à faible rémunération comme le franc suisse et le yen japonais.

Matières premières: investir de manière sélective
Le ralentissement de la croissance économique mondiale au second semestre 2006 a eu un impact très différent selon les catégories de matières premières. Ainsi, la conjugaison de stocks élevés et d'une croissance ralentie a entraîné une correction sur les marchés de l'énergie, tandis que les prix des métaux de base, entre autres, poursuivaient leur hausse en raison du bas niveau des stocks. La performance contrastée des différentes catégories de matières premières devrait rester un thème majeur en 2007. Les investisseurs auraient donc avantage à renoncer aux placements sur indices de matières premières pour se concentrer, dans les différentes catégories de matières premières, sur des thèmes spécifiques comme l'or.

Immobilier: investissements attractifs du point de vue cyclique et structurel
L'année qui s'achève peut être qualifiée de nouveau millésime positif pour les investissements dans l'immobilier commercial et les placements immobiliers indirects cotés. En 2007 aussi, les experts du Credit Suisse misent sur l'immobilier en identifiant trois axes d'engagement principaux. Aux clients désireux de profiter de la hausse cyclique des loyers des bureaux, ils recommandent d'investir en Allemagne, en France, en Suède, à Singapour ou au Japon. Les investisseurs orientés revenu, plus conservateurs, feraient bien, eux, de se concentrer sur l'immobilier commercial dans la zone euro ou en Asie. Quant aux investisseurs ayant un goût du risque plus marqué, ils peuvent miser sur le potentiel à long terme de pays émergents comme l'Inde, la Chine, le Brésil, le Mexique, la Roumanie et la Turquie.


Marchés d'actions: persistance d'un potentiel de hausse en 2007
Les marchés d'actions internationaux devraient pouvoir profiter, en 2007, d'une évolution robuste des bénéfices et d'une évaluation boursière attractive. Les experts estiment que la tendance haussière actuelle perdurera, mais prévoient une plus grande volatilité liée à la politique de taux de la banque centrale américaine. A douze mois, l'Asie, certains pays émergents et l'Europe doivent toujours être préférés aux Etats-Unis. Le marché asiatique devrait continuer à afficher une forte croissance, notamment en Chine, où une progression de 9,8% est attendue en 2007. Une fois les dernières incertitudes en date partiellement levées, le Japon présentera un potentiel de hausse en raison du redémarrage de sa consommation intérieure et de ses volumes d'exportation élevés vers l'Asie. Parmi les pays émergents, les analystes du Credit Suisse recommandent toujours les marchés faiblement cotés qui, comme la Chine, le Brésil et la Russie, disposent d'un potentiel de croissance supérieur à la moyenne. En Europe, l'Allemagne demeure leur marché de prédilection en raison des efforts de restructuration inlassables des entreprises.

Engagement dans les mégatendances
Les analystes du Credit Suisse recommandent aux investisseurs de s'engager dans certaines mégatendances en raison du rôle important qu'elles devraient jouer à moyen terme. Ils estiment que les secteurs infrastructures et énergies alternatives offrent des opportunités. La croissance démographique mondiale et la participation croissante de pays comme la Chine et l'Inde, qui viennent d'ouvrir leurs portes à l'économie globalisée, devraient encore stimuler la demande d'infrastructures et d'énergie et maintenir ainsi le prix du pétrole à un haut niveau. Ce prix durablement élevé rehaussera l'attrait des sources d'énergie alternatives comme le solaire et l'éolien. La robustesse de la croissance économique recèle aussi un potentiel. Le boom des marchés émergents a induit une augmentation sensible du nombre de personnes fortunées dans le monde, ce qui devrait particulièrement profiter aux banques privées. Dans le même temps, les entreprises du luxe, notamment, devraient tirer parti du développement de la classe moyenne. Les changements dans les conditions cadres politiques et économiques, par exemple l'entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l'Union économique, ainsi que les avancées technologiques devraient aussi créer des possibilités d'investissement.

Obligations: priorité aux échéances courtes à moyennes
Vu la hausse attendue des taux d'intérêt et la persistance de courbes de taux plates, la stratégie obligataire 2007 sera orientée vers des durées courtes à moyennes (2-4 ans). Côté emprunts publics, les analystes du Credit Suisse recommandent toujours, au titre de la diversification systématique, les emprunts indexés sur l'inflation qui contribuent positivement au rendement corrigé du risque d'un portefeuille diversifié. Les emprunts d'Etat américains indexés sur l'inflation, en particulier, offrent des opportunités dans un contexte de taux nominaux extrêmement bas. Côté emprunts privés, les hautes évaluations et l'augmentation progressive du degré d'endettement militent en faveur d'une stratégie de placement défensive privilégiant les débiteurs bien notés dans les secteurs de la banque de détail, de l'énergie et de l'industrie pharmaceutique. Les lettres de gage s'inscrivent aussi très bien dans une telle stratégie. En ce qui concerne les pays émergents, les experts du Credit Suisse mettent l'accent sur les débiteurs ayant profité de la récente évolution économique positive pour réduire leur quote-part d'endettement extérieur et/ou pour conduire des réformes fiscales. Ces débiteurs devraient être mieux armés pour résister à un élargissement du spread. Il s'agit notamment de l'Indonésie et des Philippines, ainsi que de certains pays latino-américains comme le Brésil. Les analystes du Credit Suisse jugent également intéressante la possibilité d'inclure des placements sélectifs libellés en monnaie locale plutôt qu'en monnaies internationales.

source : Crédit Suisse

12/12/2006

Lu 1519 fois

immonews immonews1

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter