Sous le tracé de l'A5, le passé de la commune d'Onnens révélé



Le long du tracé de l'autoroute A5 Yverdon-Neuchâtel se sont déroulées les investigations archéologiques les plus importantes jamais conduites dans le canton de Vaud, tant par les surfaces explorées que par la masse des données à traiter. Elles ont été prises en charge par l'Office fédéral des routes. Un ouvrage consacré à ces fouilles vient de paraître dans la collection des Cahiers d'archéologie romande.

Les fouilles, menées entre 1995 et 2004 sur les communes de Champagne, Bonvillars, Onnens, Corcelles et Concise, ont révélé la présence de populations établies depuis le Mésolithique moyen, vers 8000 avant J.-C., jusqu'à la fin du Moyen âge. Avec son 122e numéro, la collection des Cahiers d'archéologie romande inaugure une série de publications consacrées aux recherches menées à proximité du village d'Onnens. Le premier volume, « Le cadre environnemental et les occupations du Néolithique au Bronze moyen. Onnens-Le Motti, La Golette, Beau Site. », La colline d'Onnens 1, vient de paraître.

Introduction à la série, la première partie de l'ouvrage présente le cadre général des interventions et le résultat des études sédimentologique, géomorphologique et paléo-environnementale relatives au vallon compris entre la colline d'Onnens et les premiers contreforts du Jura. D'abord occupée par deux petits lacs reliés par le cours d'eau du Pontet, cette zone humide voit ensuite, dès le 9e millénaire av. J.-C., le développement d'une végétation qui permettra son évolution vers un milieu marécageux caractéristique de la région jusqu'à la canalisation de la rivière, au milieu du 20e siècle.

La seconde partie présente en détail les vestiges relatifs aux trois premières périodes d'occupation attestées sur les versants sud et ouest de la colline - le Néolithique, le Bronze ancien et le Bronze moyen. Au Néolithique final, la présence humaine est bien marquée et le plan de plusieurs constructions a pu être restitué, dont celui d'un bâtiment probablement trapézoïdal attribué au Campaniforme, vers 2300 av. J.-C. Les structures d'habitat des périodes suivantes sont plus ténues, mais l'âge du Bronze moyen, au milieu du 2e millénaire avant notre ère, a livré un bel ensemble de découvertes (parure, céramique, objets en métal, etc.), qui atteste la présence d'un petit établissement rural en bordure de marais.

Les auteurs, A. Schopfer Luginbühl, C. Nitu, A.-M. Rychner-Faraggi, M. Poncet Schmid, P. Nuoffer et C. Blomjous, travaillent depuis de nombreuses années en tant qu'archéologues et géomorphologue sur divers sites vaudois et neuchâtelois. Ils oeuvrent actuellement au prochain volume de la série relative au site, qui sera consacré aux occupations de l'âge du Bronze final.

>> Le CAR 122 est disponible au tarif préférentiel de 55 francs jusqu'au 1er août 2011 - commandes en ligne sur le site www.mcah.ch - achat directement à la boutique du Palais de Rumine à Lausanne ou au Musée d'Yverdon et région

21/06/2011


Lu 937 fois

Immo-swissnews.ch