UBS Global Real Estate Bubble Index 2019


     


UBS Global Real Estate Bubble Index 2019
L'indice UBS Global Real Estate Bubble 2019 analyse les prix des biens immobiliers dans 24 grandes villes de par le monde.

Londres sort de la zone de risque de bulle, tandis que Paris et Francfort y font leur première entrée.

Les prix des biens immobiliers ont fortement chuté à Vancouver et à Sydney, anciens points chauds

L'indice UBS Global Real Estate Bubble 2019, une étude annuelle menée par le Chief Investment Office (CIO) d’UBS Global Wealth Management, conclut à un risque de bulle ou à une surévaluation notable des marchés immobiliers dans la moitié des villes considérées.

Le risque de bulle est très élevé à Munich, suivie par Toronto, Hong-Kong et Amsterdam. Francfort, Vancouver et Paris sont aussi dans la zone à risque de bulle, tandis que l'on constate de forts déséquilibres à Zurich, Londres, San Francisco, Tokyo et Stockholm. Les évaluations sont tendues à Los Angeles, Sydney, Genève et New York. En revanche, les marchés de l'immobilier de Singapour, Boston et Milan semblent évalués à leur juste valeur, alors que Chicago reste sous-évalué.

Intégrées pour la première fois dans l'édition de cette année de l'indice, Madrid, Moscou et Tel Aviv sont surévaluées, alors que Dubaï est estimée à sa juste valeur.

Sur les quatre derniers trimestres, les déséquilibres se sont accentués, en particulier au sein de la zone euro. Francfort et Paris sont les deux exemples les plus frappants d'entrée dans la zone de risque de bulle, par rapport à l'année dernière. En revanche, les évaluations de Vancouver, San Francisco, Stockholm et Sydney ont fortement chuté. Le marché de l'immobilier londonien s'est considérablement apaisé, sortant ainsi de la zone de risque de bulle pour la première fois en quatre ans. Par ailleurs, les chiffres de l'indice à New York et à Los Angeles ont légèrement baissé depuis l'an dernier, alors que Tokyo et Singapour restent plutôt stables.

Selon Mark Haefele, Global Chief Investment Officer d’UBS Wealth Management: «A l'échelle mondiale, en ce qui concerne la demande de logements urbains, l'incertitude économique l'emporte sur les effets des baisses de taux d'intérêt. Cependant, dans certaines régions de la zone euro, les taux bas continuent d'entraîner les évaluations immobilières dans la zone de risque de bulle.»

En moyenne, dans les villes analysées, l'augmentation des prix corrigés de l'inflation a pour ainsi dire cessé sur les quatre derniers trimestres. L'immobilier résidentiel ne s'est apprécié de façon notable qu'à Moscou, à Boston et dans les villes de la zone euro. Francfort a été la seule ville à enregistrer des hausses de prix supérieures à 10%, ce qui était monnaie courante à l'échelle mondiale les années précédentes. En revanche, il y a eu des corrections de plus de 5% par rapport à l'année précédente à Sydney, à Vancouver et à Dubaï.

Selon Claudio Saputelli, Head of Real Estate chez UBS Global Wealth Management: «L'effondrement mondial des taux d'intérêt ne viendra pas secourir les marchés immobiliers. Dans bon nombre de villes, les taux d'intérêt hypothécaires ne sont plus la principale difficulté pour les acheteurs. Beaucoup de foyers manquent simplement des fonds propres nécessaires pour satisfaire les critères de financement des banques. Nous estimons que cela représente un des plus gros risques pour les valeurs de l'immobilier en centre-ville.»

Matthias Holzhey, principal auteur de l'étude et Head of Swiss Real Estate Investments chez UBS Global Wealth Management, déclare: «Les investisseurs devraient rester prudents quand ils examinent des marchés immobiliers situés dans une zone à risque de bulle. Des mesures réglementaires destinées à juguler de futures hausses des prix ont déjà provoqué des corrections du marché dans certaines des villes les plus en surchauffe. Ainsi, par exemple, dans les quatre premières villes de l'édition de 2016 de l'indice UBS Global Real Estate Bubble, les prix réels ont chuté. En moyenne, ils ont baissé de 10% par rapport à leurs pics respectifs et nous ne voyons pas d'inversion de cette tendance.»

Posséder un bien immobilier résidentiel en centre-ville était un moyen sûr d'accumuler de la richesse. Néanmoins, l'absence de viabilité économique entraîne une détérioration de l'attractivité de plusieurs villes et nourrit un déplacement vers les banlieues. Même si les facteurs sous-jacents qui soutiennent les propriétés en ville, y compris l'urbanisation, la révolution numérique et les contraintes d'approvisionnement artificielles restent solides, une augmentation des prix réels ne peut plus être considérée comme acquise.

02/10/2019


Lu 207 fois

Immo-swissnews.ch