Une étude de Catella Research révèle une forte demande d'investisseurs sur les marchés résidentiels allemands


     


Une étude de Catella Research révèle une forte demande d'investisseurs sur les marchés résidentiels allemands
Une nouvelle étude de Catella Research a révélé que la demande des investisseurs sur les marchés résidentiels allemands reste élevée et que les loyers continuent d'augmenter.

Dans sa carte résidentielle annuelle, Catella Research a examiné les loyers et les rendements dans 81 endroits en Allemagne et identifié les mouvements de tendance.

Les loyers moyens des 81 emplacements analysés ont augmenté en comparaison annuelle. Dans les endroits moyens, le loyer moyen est actuellement de 9,17 EUR le m2 et dans les très bons endroits de 12,16 EUR le m2.

Les différents taux de croissance entre les emplacements résidentiels sont frappants. Le plafond de loyer de Berlin (qui a de nouveau été levé) a un effet de réduction des prix sur les loyers existants, mais même sans Berlin, les loyers dans les très bons emplacements ont augmenté beaucoup plus fortement.

Par rapport à l'année précédente, cela signifie une augmentation des prix d'environ 2,2 % dans les endroits moyens et d'environ 5,3 % dans les emplacements privilégiés.

Dans les sept principaux marchés résidentiels, le loyer moyen dans les très bons emplacements a augmenté de 3,63 % pour atteindre actuellement 18,56 EUR/m2, tandis que les loyers dans les emplacements moyens ont diminué de 0,02 % (à l'exclusion de Berlin, il y a eu une croissance de 1,27 %).

La plus forte augmentation des loyers d'environ 6,4 % s'est donc produite dans la catégorie "très bon emplacement", en dehors des sept principaux marchés.

L'emplacement le plus cher en termes absolus est toujours Munich, avec une moyenne de 26,81 EUR par m2 dans les très bons emplacements et de 17,15 EUR par m2 dans les emplacements moyens.

Il est relativement bon marché de vivre dans la ville de Herne, avec une moyenne de 6,29 EUR par m2 dans les endroits moyens et de 7,98 EUR par m2 dans de très bons endroits.

Les rendements continuent de diminuer dans presque tous les 81 emplacements étudiés. En moyenne, le rendement initial brut actuel est de 3,97 % et a diminué de 40 points de base par rapport à l'année précédente. Même la pandémie de Corona n'a pas pu arrêter la dynamique de compression.

Le rendement des sept principaux marchés du logement a chuté de 27 points de base cette année, à 2,63 %. La baisse a été encore plus élevée dans les sites B ou dans les 25 premiers marchés de notre classement général. Le rendement moyen ici est de 3,53 %, ce qui correspond à une baisse de 34 points de base.

Munich est clairement en tête du rendement le plus bas de l'Allemagne, avec un rendement brut de 2,0 %, en raison de la très forte demande et de la forte dynamique d'investissement ces dernières années. Le rendement le plus attrayant peut actuellement être obtenu en Cottbus à 5,9 %.

Un examen du profil risque-rendement de Catella montre que la demande des investisseurs pour la "catégorie d'actifs sûrs" du résidentiel reste élevée, de sorte que les emplacements avec des rendements attrayants continuent de diminuer. Néanmoins, il existe encore des possibilités de diversification au niveau du portefeuille et l'écart par rapport aux obligations d'État sûres est toujours élevé. Ce niveau de rendements et de prix devrait se poursuivre au cours des prochains trimestres.

Le professeur Thomas Beyerle, chef de la recherche du groupe chez Catella, déclare : "Les énormes taux de croissance du passé s'assouplissent quelque peu, mais nous ne voyons pas de rupture structurelle dans la tendance. La hausse des développements (+13,8 % de janvier à avril par rapport à l'année précédente) et un redressement des taux d'intérêt à l'horizon devraient soulager le marché à moyen terme, même s'il y a encore une demande excédentaire."

22/06/2021


Lu 196 fois

Immo-swissnews.ch