Une personne sur quatre est plus susceptible de déménager au cours des 12 prochains mois à la suite de la pandémie de Covid-19


     


source: Knight Frank
source: Knight Frank
En notre qualité de partenaire et membre du réseau Knight Frank, l'un des plus prestigieux "broker" de l'immobilier de luxe au monde, notre groupe participe activement à l'élaboration d'analyses portant sur l'évolution et les tendances du marché en Suisse et à l'international. A ce titre nous avons le plaisir de vous faire parvenir une étude de Knight Frank, Global Buyer Survey, analysant l’impact que la pandémie covid-19 a eu sur les marchés de l’immobilier et, en particulier, sur les attitudes des acheteurs résidentiels à travers le monde. L’enquête, qui représente les opinions de plus de 700 clients dans 44 pays, souligne les points suivants :

• Le Royaume-Uni, l’Espagne et la France, sont les trois principales destinations pour ceux qui envisagent un déménagement à l’étranger après Covid-19, suivi par la Suisse, l’Australie et le Canada.

• Un meilleur accès à des soins de santé de qualité est devenu maintenant le deuxième motif le plus important pour l’achat d’une propriété

• Les acheteurs s’attendent à ce que les prix de l’immobilier baissent au cours des 12 prochains mois, bien que 53 % des personnes interrogées affirment que leur budget est demeuré le même ou a augmenté depuis le début de la crise.

• Plus d’un quart des répondants disent qu’ils sont plus enclins à acheter une résidence secondaire à la suite de la pandémie

• Plus de la moitié des personnes interrogées ont déjà voyagé à l’étranger ou le feront dans les trois mois suivant la réouverture des frontières.

Kate Everett-Allen, responsable de la recherche résidentielle internationale de Knight Frank, déclare : « La crise a fondamentalement changé notre façon de vivre au quotidien, la maison étant désormais un centre à partir duquel nous travaillons, faisons de l'exercice, apprenons, socialisons et nous détendons. »

"Avec l'expansion des demandes de logement et le fait que les gens ont eu le temps de réfléchir à la façon dont ils vivent et utilisent leur espace, il est inévitable qu'à mesure que nous sortons de l'isolement, ces changements aient des répercussions sur les marchés immobiliers du monde entier. "
Certaines conclusions de l'enquête sont sans surprises, comme par exemple le souhait de disposer de plus d'espace extérieur et d'un bureau à domicile. Cependant, la gestion de la crise du Covid-19 par les gouvernements étrangers est également devenue une considération essentielle pour les acheteurs de résidences secondaires dans le monde entier.

Intentions d’achat futures :

Une personne interrogée sur quatre a déclaré qu’elle était plus susceptible de déménager au cours des 12 prochains mois en raison de la pandémie, la plupart de ces répondants cherchant une propriété différente au même endroit (40 %). Quelque 26 % se sont dits prêts à déménager dans une autre propriété ailleurs mais dans le même pays et 34 % de ceux qui envisagent un déménagement envisagent un achat à l’étranger (9 % de tous les répondants).

Le Royaume-Uni, l’Espagne et la France sont en tête de liste des destinations préférées pour l’achat d’une maison, suivis de la Suisse, de l’Australie, du Canada, et des États-Unis. Tous les pays qui offrent une bonne qualité de vie, une stabilité politique, une monnaie sûre, d’excellents systèmes éducatifs et qui sont facilement accessibles en temps normal sont plébiscités. La Nouvelle-Zélande, le Portugal, Malte et la Norvège sont également bien classés.

L’amélioration de la résidence principale de la famille est la première raison d’achat, un meilleur accès à des soins de santé de qualité arrive en deuxième position, une maison de vacances au soleil en troisième position, suivie par des raisons professionnelles ou d’emploi en quatrième place.

Mode de vie:
Après une période de confinement, le message des répondants à l’enquête est, sans surprise, que les acheteurs veulent de l’espace. Quarante-cinq pour cent des sondés disent qu’ils sont plus susceptibles d’acheter une maison familiale individuelle qu’ils ne l’étaient avant Covid-19, les maisons en bord de mer (40 %) et les maisons rurales (37 %) étant également plébiscitées.

Près des deux tiers des répondants affirment qu’ils sont plus susceptibles de travailler à domicile suite au confinement, ce qui explique pourquoi 64 % d’entre eux disent qu’un bureau à domicile est maintenant un critère plus important. Trente-deux pour cent déclarent que leur mode de vie au travail restera le même qu’auparavant, ce qui suggère que le bureau a encore un rôle important à jouer en tant que centre d’innovation, de collaboration, d’éducation et de socialisation.

Sans surprise, 66 % des personnes interrogées déclarent que les grands jardins et les espaces extérieurs sont plus importants, la période de confinement ayant mis en évidence le lien entre le bien-être et le grand air. Le respect de la vie privée est également demandé, 52 % des répondants affirmant que c’est plus important, et 33 % sont plus susceptibles de vouloir une annexe pour les membres de la famille, le Covid-19 soulignant peut-être le désir d’avoir des parents âgés ou de la famille élargie à proximité.

Le voyage est un facteur essentiel, non seulement pour ceux qui veulent s’assurer une retraite à l’étranger, mais pour les propriétaires actuels désireux de récupérer une partie des revenus perdus pendant la saison de location de 2020. Sur cette question, une certaine confiance se dessine - plus d’un quart des personnes interrogées ont déjà voyagé à l’étranger ou le feront dans un délai d’un mois après la réouverture des frontières. Un autre quart des personnes interrogées voyagera dans un délai d’un à trois mois, 37 % entre six et douze mois, et seulement 13 % ont déclarés qu’elles attendraient douze mois ou plus avant d’entreprendre un voyage à l’étranger.

Prix:
L’enquête souligne que les acheteurs s’attendent à une baisse des prix au cours des 12 prochains mois. Le Knight Frank Prime Global Forecast, réalisé en avril 2020, montre qu’en moyenne les prix devraient baisser dans 16 des 20 villes suivies par le rapport en 2020.

Sur les 56 % de personnes interrogées qui s’attendent à une baisse de prix au cours des 12 prochains mois, 27 % s’attendent à une baisse de moins de 10 %, mais 25 % ne prévoient aucun changement et 19 % s’attendent à une augmentation des prix.
Quelque 53 % des acheteurs estiment que leur budget est resté le même ou a augmenté depuis le début de la crise. Comme ils ont eu peu d’occasions de dépenser pendant la période de confinement, il est probable que les acheteurs ont dépensé moins et économisé plus. Cependant, plus de 30 % des personnes interrogées estiment que leur budget a diminué de plus de 10 % depuis le début de la crise, sans doute en raison des réductions de salaires, des horaires réduits ou des licenciements auxquels les entreprises ont dû recourir.

Résidences secondaires :

Plus de 26 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles étaient plus susceptibles d’acheter une résidence secondaire en raison de la pandémie, probablement pour améliorer leur mode de vie et pour s’en servir comme retraite en cas de deuxième pic. Les données de Knight Frank confirment ce point de vue, avec une augmentation des demandes de renseignements observées immédiatement après la fermeture des principaux points d’accès aux résidence secondaire en France et en Italie.

Mark Harvey, responsable des ventes internationales chez Knight Frank, déclare : « Les acheteurs recherchent généralement trois critères essentiels ; une bonne connexion à haut débit, des soins de santé de qualité et une propriété capable de générer un revenu fiable. Ces dernières années, lors des vacances d’été les Européens ont fait des séjours plus courts dans de nombreux endroits. Je pense que dorénavant nous pourrions assister à un retour à l’été européen traditionnel avec des familles qui prennent leurs quartiers d’été pendant quatre à six semaines d’affilée, pour se divertir en famille et entres amis dans un seul et même endroit. Le bien-être et la famille se trouve au cœur de ce changement d’attitudes des acheteurs, c’est pourquoi je pense que de telles tendances vont probablement perdurer.
Près d’un répondant sur trois (32 %) est plus enclin à vouloir une résidence secondaire qu’il peut agrandir, et 29% sont plus susceptibles de rechercher une propriété offrant un logement secondaire.

Près des deux tiers des acheteurs affirment que lorsqu’ils cherchent une résidence secondaire à l’étranger, ils seraient influencés par la façon dont le gouvernement a géré la crise du Covid-19. Des pays tels que l’Allemagne, l’Autriche, la Grèce, les Émirats arabes unis, Singapour et la Nouvelle- Zélande pourraient donc avoir un taux élevé d’acheteurs de résidences secondaires dans les mois à venir.

03/09/2020


Lu 212 fois

Naef Prestige | Knight Frank






" "