Toute l'information immobilière en Suisse
Mobile
Newsletter
Rss
Twitter
Facebook
Google+
Instagram




Changement à la tête de la Division Immobilier des RP



Au cours des dernières années, le directeur immobilier de Retraites Populaires a participé à titre personnel à des placements dans le domaine dont il est spécialiste. Conformément aux règles d’éthique et de loyauté mises en place à Retraites Populaires, il a de manière transparente demandé l’autorisation du directeur général afin de mener à bien ces opérations privées. Il s’agissait de participations à des investissements dans des PPE, secteur d’activité dont Retraites Populaires est absente, ainsi que dans un projet d’immeuble locatif que l’institution avait écarté pour cause de rendement insuffisant au regard de ses propres critères.

Après s’être assuré dans le cadre strict de ses compétences réglementaires, que ces placements n'entraient aucunement en conflit avec les intérêts de Retraites Populaires ni avec ceux des mandants, le directeur général les a autorisés. Toutefois, le directeur général n’a pas informé le Conseil d'administration, tel que stipulé dans les règles internes.

Le Conseil d’administration de Retraites Populaires, ayant par ailleurs eu connaissance de divers griefs contre la Division immobilier dans un courrier anonyme, a entrepris de conduire une première enquête au cours de laquelle aucun élément n’est venu les confirmer. Parallèlement, les Autorités et organes compétents ont été informés des faits.

Le Conseil d’administration a décidé de demander au Conseil d'Etat de confier au Contrôle cantonal des finances (CCF) le mandat d’investiguer sur la qualité des règles d’éthique et de loyauté en vigueur à Retraites Populaires et sur leur respect. Le Contrôle cantonal des finances se prononcera sur les conséquences éventuelles des activités pour compte propre identifiées sur les intérêts de Retraites Populaires et ceux de ses mandants.

Sur le plan interne, le Conseil d’administration a décidé d’aller désormais au-delà des exigences légales en la matière et d'interdire, à l’ensemble de ses collaborateurs, toute activité immobilière en compte propre quand bien même elles n'entreraient pas en conflit avec les intérêts de Retraites Populaires ou de ses mandants (sous réserve de décisions spécifiques d’espèces prises directement par le Conseil). Il entend ainsi préserver Retraites Populaires de tout risque d'atteinte à son image et renforcer encore l'éthique générale en vigueur de Retraites Populaires.

Le directeur immobilier a décidé de donner sa démission pour le 31 mai 2013, n’étant plus à l’avenir en adéquation avec les nouvelles directives. De son côté, à la suite des remarques du Conseil d’administration quant au fait qu’il n’avait pas été informé des activités pour compte propre du directeur immobilier, le directeur général conclut que le rapport de confiance avec le Conseil d’administration est entamé. Il a décidé d'anticiper d’une année son départ à la retraite prévu initialement pour mi-2014. Il quittera ses fonctions le 30 juin 2013, au terme de la période nécessaire pour mettre en place et informer son successeur. Les démarches entreprises dès avant l’été déjà pour trouver le futur directeur général seront donc accélérées.

Le Conseil d'administration a pris acte de ces décisions. Il regrette cette situation d’autant plus que ces deux membres du Comité de direction ont servi avec efficacité et des qualités professionnelles indiscutables les intérêts de Retraites Populaires et ceux de ses mandants.

Sous la direction de son directeur général, Retraites Populaires s’est dynamisée et professionnalisée. La clientèle s’est fortement développée et les 330 collaborateurs de Retraites Populaires donnent quotidiennement le meilleur d’eux-mêmes pour fournir des prestations appréciées et reconnues de grande qualité. Ce n’est ainsi pas un hasard si les montants sous gestion ont passé de 10 à 17 milliards de francs au cours de ces dix dernières années et si l’institution se place toujours parmi les meilleurs dans les divers indices de référence établis et qui concernent aussi bien la gestion immobilière que mobilière.

13/11/2012

Tags : Les RP

Lu 694 fois

Immo-swissnews.ch