Toute l'information immobilière en Suisse
Mobile
Newsletter
Rss
Twitter
Facebook
Google+
Instagram




Economie et aménagement du territoire – tensions positives



L’économie entend produire et se développer dans des conditions favorables, l’aménagement du territoire s’efforce de trouver un équilibre entre les prétentions de l’économie privée et les visées publiques sur le territoire. Même si des conflits apparaissent, l’économie a elle aussi intérêt, en fin de compte, à ce que le territoire, ressource qui se raréfie, soit utilisé selon des critères de durabilité. L’édition 3/2011 du « Forum du développement territorial » présente des pistes prometteuses.

La loi fédérale sur l’aménagement du territoire doit satisfaire à de nombreux intérêts. En particulier, il faut qu’elle crée et maintienne un milieu bâti favorable à l’exercice des activités économiques. Cette tâche a été indéniablement remplie en Suisse au cours des dernières décennies. Mais il incombe aussi à l’aménagement du territoire de veiller à l’utilisation mesurée du sol. Or il est clair que cet objectif-là a été manqué jusqu’à présent: tant le Rapport 2005 sur le développement territorial que le monitoring des cantons réalisé par Avenir Suisse posent des constats négatifs.

Que faut-il donc faire pour protéger le sol, toujours plus sollicité, tout en ménageant le plus d’espace possible à l’économie ? La dernière édition de la revue spécialisée «Forum du développement territorial» met en lumière les tensions existant entre économie et aménagement du territoire. Il ne s’agit toutefois pas toujours d’oppositions, comme le démontre dans son article Heike Mayer, professeure de géographie économique à l’université de Berne. Elle voit plutôt ces deux domaines comme étant interdépendants et tributaires l’un de l’autre. Selon elle, cette interpénétration s’accentue au fur et à mesure que la Suisse évolue vers une société où connaissances et prestations sont au premier plan. Car un milieu créatif propice aux innovations apparaît plus facilement dans des zones à forte interconnexion et proches des centres que dans des espaces nouvellement équipés en pleine campagne.

L’une des idées présentées dans ce « Forum du développement territorial » pour favoriser l’utilisation intelligente de l’espace émane de la branche immobilière : à l’instar des stades de football modernes ou de dépôts de trams ou de trains isolés, les aires industrielles pourraient elles aussi trouver une extension sous forme d’enceintes multifonctionnelles lucratives. Cette approche est d’autant plus intéressante que les entreprises industrielles auront aussi besoin à l’avenir de surfaces plus grandes pour leurs bureaux en sus des surfaces de production.

Dans l’entretien qu’il donne, Martin Dätwyler, directeur de la politique économique de la Chambre de commerce des deux Bâle, souligne que l’économie est gagnante quand elle coopère avec les autorités lors de la délimitation de nouvelles zones. C’est pourquoi il prône l’intégration de tous les participants dès le début de ces procédures et invite cantons et communes à pratiquer une politique foncière plus active : si le canton acquiert une série de petites parcelles connexes et les regroupe pour les proposer en bloc à un investisseur, l’aire ainsi constituée pourra revenir plus rapidement sur le marché. Martin Dätwyler nourrit la conviction que «le développement territorial doit aussi être vu comme un développement économique». Les grands immeubles n’en sont pas exclus. Car un habitat densifié laisse davantage d’espace pour les activités économiques. Sur ce point, le responsable de la Chambre de commerce cite la règle empirique voulant qu’une entreprise doive disposer d’une réserve de terrain de 50 pour cent – dans la partie nord-ouest du pays, une étude avance que ces réserves seront épuisées dans quelques années à peine. Mais M. Dätwyler lui-même conclut qu’un équilibre est indispensable entre les différentes affectations. Car les entreprises florissantes ne sont pas uniquement à l’affût de réserves de terrain à bâtir et de bons équipements, elles ont également besoin que des zones d’habitat attrayantes accueillent leurs employés.

Forum du développement territorial


25/12/2011


Lu 846 fois

Immo-swissnews.ch