Expression de la pénurie : les loyers n’augmentent qu’au changement de locataire



Le renchérissement des loyers des logements non neufs est plus faible que celui de ces dernières années.

Selon l’OCSTAT, lorsqu’il n’y a pas eu de changement de locataire, seuls 2 % des loyers libres évoluent. Ils le font de manière très faible soit en moyenne de 0,3%. Ces hausses sont justifiées par des travaux de rénovation. Selon nous, la part de travaux de rénovations énergétiques qui induit des baisses de charges pour les locataires devrait être appréhendée. Il est probable qu’en définitive, il en résulterait des baisses de charges locatives.

Ainsi, selon notre analyse 92 % des loyers libres sont restés stables ou ont connu une baisse. Dans ce même segment des loyers libres, les hausses de loyers n’ont donc touché que 8% du parc locatif. Elles interviennent exclusivement au changement de locataire ce qui est l’expression de deux phénomènes :

- l’adaptation légitime de loyers anciens aux prix du marché ;
- la pénurie de logement qui persiste et maintient une pression de la demande.

Seule la construction de nouveaux logements permettra de limiter de manière significative la pression sur les loyers. A cet égard, notre association salue les nouvelles positives reçues dans
les dossiers des Communaux d’Ambilly et des Cherpines pour lesquels elle s’était fortement engagée.

Nous encourageons aussi les réformes initiées par l’Etat pour modifier les procédures des plans localisés de quartiers et, aussi, les autorisations de construire de sorte que la construction de logements puisse être engagée plus rapidement.

Christophe Aumeunier, Secrétaire général : tél. 079 668 53 75

20/06/2013

Tags : cgionline, ocstat

Lu 192 fois

Immo-swissnews.ch