Toute l'information immobilière en Suisse
Mobile
Newsletter
Rss
Twitter
Facebook
Google+
Instagram




La conseillère fédérale Doris Leuthard estime nécessaire de lutter contre la cherté aussi dans le secteur de la construction et du logement



La conseillère fédérale Doris Leuthard pense que les coûts élevés qui se pratiquent dans les secteurs de la construction et du logement brident la croissance économique et la prospérité en Suisse. Pour lutter contre l’îlot de cherté, la cheffe du Département fédéral de l’économie (DFE) souhaite ouvrir les marchés, renforcer la concurrence et réduire les formalités en raccourcissant les procédures et en faisant preuve de mesure dans la réglementation. Lors d’une manifestation de l’édition 2007 des Journées du logement de Granges, elle a par ailleurs invité les investisseurs du secteur à relever les défis que pose la protection du climat.

La conseillère fédérale Doris Leuthard estime nécessaire d'agir à trois niveaux pour abaisser le niveau élevé des prix en Suisse, en général, et dans le secteur de la construction, en particulier. Pour la cheffe du DFE, les mesures liées aux procédures d'autorisation et aux prescriptions en matière de construction sont prioritaires. Ces dernières sont le reflet d'un perfectionnisme inutile. Elle a rappelé que la responsabilité en la matière relevait principalement des cantons et des communes, tout en précisant que les associations professionnelles et les autres organisations devaient aussi s'interroger. A ses yeux, la Confédération doit donner l'exemple en tant qu'important maître d'ouvrage et pourvoyeur de subventions. Elle pourrait donner des impulsions en promouvant la recherche et développement, mettre au point des bonnes pratiques et encourager la conclusion d'accords intercantonaux. L'accord intercantonal sur l'harmonisation des notions et des méthodes de mesure dans le domaine de la construction constitue une étape importante à cet égard. Quand on sait que la hauteur des bâtiments est mesurée de sept manières différentes en Suisse, on se trouve certes face à un « fleuron du fédéralisme », mais aussi face à un obstacle majeur à l'investissement. La conseillère fédérale a invité les cantons à vaincre leurs hésitations et à signer l'accord intercantonal. Elle a évoqué d'autres domaines où il faut agir, par exemple celui des importations, où les discriminations de prix doivent être éliminées, comme le souhaite le Conseil fédéral, notamment par l'introduction du principe « Cassis de Dijon ». En outre, il serait utile de simplifier les conditions-cadre régissant le marché intérieur, par exemple dans les domaines de la fiscalité, du droit du bail et des marchés publics.

Enfin, la conseillère fédérale a invité les investisseurs à relever les défis que posent la protection climatique et la problématique énergétique dans le logement. C'est précisément par peur d'investissements initiaux élevés que, souvent, l'on économise au mauvais endroit. Dans les nouvelles constructions, la norme Minergie n'entraîne aujourd'hui quasiment aucun coût supplémentaire si la planification a été bien faite. Au chapitre des rénovations urgentes de constructions anciennes apportant des améliorations énergétiques, la cheffe du DFE a plaidé pour le lancement par la Confédération d'un programme d'impulsion limité dans le temps, qui permettrait de soulager les ménages à faible pouvoir d'achat ne pouvant faire face aux augmentations de loyers consécutives à des rénovations.

Lors de la manifestation organisée au Parktheater de Granges dans le cadre de ces 12es Journées du logement, sous le patronage de ConstructionSuisse et de SIA Suisse, l'Office fédéral du logement a présenté les premiers résultats d'une analyse de l'évolution des coûts de construction des logements durant ces 40 dernières années. Elle montre que cette augmentation est due pour environ 60 % aux nouvelles exigences de confort, en particulier l'agrandissement de la surface d'habitation. La part restante de l'augmentation est imputable pour l'essentiel à des prescriptions juridiques ou normes qui ont été introduites durant la période couverte par l'étude. Ces principaux inducteurs de coûts et les solutions pour y pallier ont été au cœur des exposés et des discussions qui ont jalonné cette journée.

source : Office du Logement

14/11/2007

Tags : loyers

Lu 2193 fois

Maria Immo-swissnews.net