Mobile
Newsletter
Rss
Twitter
Facebook
Google+
Instagram




Lausanne : Appartements intégrés pour les personnes âgées



Le concept Domino devrait voir le jour dans la future réalisation de l'avenue de Morges
Acronyme de DOMIcile Nouvelle Option, Domino propose d'intégrer des petites unités de vie adaptées aux personnes âgées dans un immeuble, en réunissant sous un même toit des résidents bénéficiant de lieux de vie individuels et communautaires. Séduite par ce nouveau concept proposé par un postulat au Conseil communal, la Municipalité souhaite introduire cette nouvelle forme d'habitat dans le projet de l'avenue de Morges.

Trouver des moyens de dépasser le dilemme «vivre à domicile ou en institution» et favoriser des formes novatrices d'habitat intermédiaire pour les personnes âgées font partie des défis à relever face au vieillissement de la population. La Ville de Lausanne y est aussi confrontée et a déjà marqué sa volonté politique de répondre à la problématique du logement des aînés en l'intégrant dans plusieurs projets de son programme 3'000 logements durables (Maison Mivelaz, projet Netage à Vers-chez-les-Blanc, projet Beaulieu-Bonacasa, notamment).
Aujourd'hui, la Municipalité souhaite faire un nouveau pas dans sa politique d'intégration des aînés, en proposant d'introduire, à titre expérimental, une unité d'habitat communautaire dans le projet d'immeubles au sud de l'avenue de Morges (opération d’une centaine de logements sur une partie des terrains rachetés à la société Ramuz-Edelweiss), selon le concept Domino (DOMIcile Nouvelle Option). Cette initiative répond à un postulat au Conseil communal et à une demande de l'ALSMAD (Association lausannoise pour la santé et le maintien à domicile). Il pourrait faire des émules dans d'autres quartiers de la ville si cette première expérience s'avère positive.

Devenir colocataire
L'idée de Domino est simple: intégrés dans un immeuble, un ou des appartements, adaptés aux besoins des aînés, offrent plusieurs chambres individuelles (avec douche et kitchnette) et un ou deux espaces communautaires (salon, séjour, salle à manger). Comme dans n'importe quel logement, les colocataires paient leur loyer et les charges, ainsi que les soins à domicile dont ils auraient besoin. L'encadrement général de l'appartement et ses résidents est organisé par le CMS du quartier, qui prend le bail sous sa responsabilité, chaque colocataire sous-louant sa chambre.

Ce concept d'habitat partagé, développé en Valais, puis à Genève, offrent des nombreux avantages: une réalisation relativement simple dans des immeubles existants ou à construire sur tout le territoire communal; des coûts moins élevés, pour les pouvoirs publics et les résidents, qu'un placement en EMS; une rationalisation des prestations des CMS.

source : Ville de Lausanne

26/01/2009


Lu 3352 fois

Rédaction Immo-swissnews.ch