Le chauffage des bâtiments diminue, le refroidissement augmente


     


Le chauffage des bâtiments diminue, le refroidissement augmente
Le besoin de chauffage des bâtiments a diminué au fil du temps : la valeur des degrés-jours de chauffage a diminué de 21 % entre 1979 (3510 jours) et 2020 (2 759 jours) dans l'UE-27, ce qui indique que, par rapport à 1979, seulement 79 % des besoins en chauffage étaient nécessaires en 2020.

Les degrés-jours de chauffage et les degrés-jours de refroidissement sont des indices techniques basés sur les conditions météorologiques conçus pour décrire les besoins énergétiques des bâtiments en termes de chauffage ou de refroidissement.

En revanche, la valeur des degrés-jours de refroidissement a été plus de deux fois plus élevée en 2020 (99 jours) qu'en 1979 (37 jours), ce qui indique que les besoins en refroidissement (climatisation) dans les bâtiments ont augmenté au cours des dernières décennies.

Le chauffage des bâtiments diminue, le refroidissement augmente

Valeurs de degrés-jour de chauffage les plus élevées en Suède et en Finlande, degrés-jours de refroidissement les plus élevés à Chypre et à Malte

Les degrés-jours de chauffage varient d'un État membre européen à l'autre. Si l'on considère toutes les données disponibles sur la période 1979-2020, la Finlande avait la valeur moyenne annuelle moyenne du degré-jour de chauffage la plus élevée (5 665), tandis que pour Malte, la valeur était de 536.

Cela signifie que pour un bâtiment donné, les besoins en chauffage étaient dix fois plus élevés en Finlande qu'à Malte entre 1979 et 2020. La Finlande a été suivie par la Suède (5 328) et l'Estonie (4 344).

Les États membres ayant les valeurs les plus faibles étaient Malte (536), suivi de Chypre (784) et du Portugal (1 243).

Au cours de la même période, Chypre a eu la valeur moyenne de degrés-jours de refroidissement la plus élevée (573), suivie de Malte (569) et de la Grèce (268). Les États membres ayant les valeurs les plus faibles pour cet indice étaient l'Irlande (0,02), la Suède (0,36) et le Danemark (0,91).

Cela signifie que pour un bâtiment donné, le besoin de refroidissement (ou de climatisation) en Irlande, en Suède et au Danemark a été négligeable entre 1979 et 2020.



Plusieurs régions et États membres de l'UE "éloignés" ont des valeurs moyennes similaires

Il est intéressant d'observer que certaines régions/États membres géographiquement éloignés ont des valeurs moyennes de degrés-jours de chauffage similaires. Par exemple, Makroregion Poludniowo-Zachodni en Pologne (3349), la Slovaquie (3360) et le Bayern en Allemagne (3367) ont des valeurs comparables.

L'Irlande (2844) a une valeur moyenne similaire à celle du Grand Est en France (2819) et d'Alföld és Észak en Hongrie (2848). Les valeurs des degrés-jours de refroidissement pour Makroregion Województwo Mazowieckie en Pologne (15,7), en République tchèque (15,8) et Zuid-Nederland aux Pays-Bas (16,0) sont similaires.

Il en va de même pour les régions Noroeste en Espagne (16,2), Hesse en Allemagne (16,5) et Région de Bruxelles-Capitale/Bruxelles Hoofdstedelijk Gewest en Belgique (16,9).

14/03/2021

Tags : Eurostat

Lu 164 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter