Loi COVID-19: une amélioration, mais avec des lacunes


     


Les villes ont à assumer la majeure partie des charges sociales et économiques liées à la pandémie de coronavirus. L'Union des villes suisses est donc soulagée que la loi COVID-19 prévoie une participation financière plus importante de la Confédération. Toutefois, les me-sures ne s'avèrent pas suffisantes. Notamment le secteur évènementiel et celui du tourisme urbain subissent cette crise de plein fouet et ont un besoin de soutien urgent.

La conférence de conciliation des deux Chambres du Parlement a aujourd'hui clos le débat sur la loi COVID-19. La votation finale n'a pas encore eu lieu. L'Union des villes suisses se félicite des décisions visant à atténuer les répercussions sociales et économiques dans les villes. En effet, ce sont les villes qui au final ont à supporter la majeure partie des conséquences d'une augmentation de la pauvreté, que ce soit par le versement de l'aide sociale ou d'autres mesures de soutien destinées aux personnes touchées par la pauvreté.

Compte tenu de cela, l'Union des villes suisses se réjouit que le Parlement ait allongé la durée de l'indemnisation chômage et de l'indemnisation en cas de réduction de l'horaire de travail et augmenté le montant de l'aide pour cas de rigueur. Ces mesures doivent impérativement être conservées jusqu'à la fin de la pandémie afin qu'ainsi, aussi peu de personnes que possible se retrouvent obligées de recourir à l'aide sociale.

Les structures d'accueil publiques pour enfants sont elles aussi soutenues

Par ailleurs, il est réjouissant de constater que le Parlement a accédé à la revendication de l'Union des villes suisses demandant que les structures d'accueil pour enfants financées par les villes bénéficient elles aussi d'un soutien de la part de la Confédération. Jusqu'ici, cela n'était le cas que pour l'accueil extra-familial pour enfants proposé par des organisations privées. La première vague du printemps 2020 a plongé de nombreuses structures d'accueil pour enfants dans des difficultés financières et généré pour les villes des dépenses supplémentaires considérables.

Le tourisme urbain a besoin de soutien

Les villes sont et restent très fortement touchées par les répercussions de la crise du coronavirus. Les mesures de gestion de la crise ont des incidences particulièrement lourdes sur les centres urbains. La vie sociale ou l'offre culturelle dans l'espace public, éléments importants de l'identité urbaine, ont été stoppées net.

L'annulation des congrès, évènements culturels et autres manifestations a des répercussions désastreuses. Le tourisme urbain est presque réduit à néant. Il est urgent que ces secteurs soient mieux pris en compte dans la suite de la lutte contre la crise du coronavirus. L'Union des villes suisses appelle une fois de plus le Conseil fédéral à associer l'échelon communal dans ses efforts de lutte contre la pandémie.

Contact:

Conseiller national Kurt Fluri, maire de Soleure, président de l'Union des villes suisses: 079 415 58 88

Sami Kanaan, maire de Genève, vice-président de l'Union des villes suisses: 079 204 30 12

19/03/2021


Lu 80 fois

Immo-swissnews.ch