Projets immobiliers, soutien financier et développement durable:la Genève internationale en mutation



siège OMC
siège OMC
La fondation des immeubles pour les organisations internationales (FIPOI) a présenté à la presse les dossiers immobiliers en cours pour la Genève internationale. Pas moins d'une dizaine de projets d'envergure étaient à l'ordre du jour. Leur réalisation est rendue possible grâce à une étroite collaboration entre la FIPOI, le canton de Genève et la Confédération. La contribution du canton en terme de mise à disposition de terrains en faveur de la FIPOI avoisine les 252 millions de francs
et représente une surface de 582 000 m2 . La somme des prêts et dons qui lui sont octroyés par la Confédération dépasse le milliard de francs. La conférence a été ouverte par le conseiller d'Etat Mark Muller, chargé du département des constructions et des technologies de l’information (DCTI) et président de la FIPOI. Il était accompagné pour l'occasion de l'Ambassadeur Dante Martinelli, représentant permanent de la Suisse auprès de l'Organisation des nations unies à Genève et vice-
président de la FIPOI et de M. François Reinhard, directeur de la FIPOI.

UN PARTAGE DES RÔLES

La Suisse possède une longue tradition d'accueil d'organisations internationales (OI). Sur les vingt-cinq OI présentes dans notre pays, vingt-deux sont installées à Genève. Depuis sa naissance en 1919, avec l'établissement de la Société des Nations, la Genève internationale n'a cessé de croître. Elle est en constante expansion et la satisfaction des ses besoins immobiliers est une composante essentielle de la politique d'accueil de la Suisse et plus particulièrement de Genève. La Confédération, le canton de Genève et la FIPOI poursuivent dans ce but une étroite collaboration. En effet, les OI qui désirent s'installer à Genève font appel à la FIPOI pour les aider dans leurs démarches. Afin de lui permettre de remplir son mandat, la Confédération lui accorde des prêts sans intérêts à cinquante ans, que celle-ci utilise ensuite pour permettre aux OI de procéder à l'achat, à la construction ou à la
conversion de bâtiments. Le montant des contributions de la Confédération s'élève, depuis 1964, à quelque 731 millions de francs de prêts et 372 millions de francs de dons. Quant au canton, il met directement à disposition des OI, en droit de superficie gratuit, des terrains pour leur projet de construction, pour une valeur totale de 203 millions de francs. En outre, la valeur des terrains qui hébergent des bâtiments gérés par la FIPOI avoisine les 49,2 millions de francs. Au total, ce ne sont pas moins de 582 000 m2 qui sont mis à leur disposition en droit de superficie (DDP). Les nombreux chantiers en cours ou à venir traduisent la volonté de l'Etat de doter le canton des infrastructures indispensables à l'accueil et au bon fonctionnement de la Genève internationale.

FOCUS SUR TROIS PROJETS

L'extension et la rénovation du Centre William Rappard (CWR) sur le site de l'OMC Le but des travaux d'extension et de rénovation du Centre William Rappard (CWR), situé sur un terrain propriété de l'Etat de Genève, est double: réunir sous un même toit toutes les activités de l'OMC et faire face à l'augmentation de son personnel. Ce vaste projet se découpe en quatre phases. La rénovation du centre William Rappard tout d'abord, qui propose une remise en état et un rafraichissement des installations. Cette étape qui est en cours permet entre autre d'améliorer grandement son isolation thermique et de réduire sa consommation énergétique. Les éléments datant de la construction du bâtiment seront aussi préservés.

Une extension intra-muros ensuite, qui consiste à créer de nouveaux espaces (salles de conférences, salle de réunion, espace central) au sein de l'enceinte actuelle. Une demande de classement du CWR et de ses abords, déposée le 18 septembre 2009 par l'association Action patrimoine vivant (APV), a empêché le début des travaux. L'OMC y a répondu en établissant une liste d'éléments à protéger.

Celle-ci a été transmise au DCTI qui est actuellement en négociation avec l'APV. Si cette démarche aboutit, l'association pourrait retirer sa demande.

Une extension extra-muros dans un troisième temps, avec la construction d'un nouveau bâtiment administratif d'environ 12 000 m2, qui répondra aux exigences du label Minergie P.

Celui-ci est prévu au sud de la parcelle du CWR. L'autorisation de construire devrait être déposée d'ici fin juin. Le processus de désignation du lauréat pour l'entreprise générale de construction est en phase finale. Les terrains concernés étant à la fois la propriété du canton et de la confédération et un échange de terrains est en cours. Le but est de réunir l'ensemble dans les mains du canton pour qu'il puisse ainsi les mettre à disposition de l'OMC en droit de superficie. Il est également prévu de construire un nouveau parking de 200 places en sous-sol de l'extension. Celui-ci remplacerait le parking extérieur actuel de l'OMC. En outre, la réalisation du parking de l'OMC au P+R Sécheron est suspendue à ce jour, suite à un recours de la ville de Genève.

Enfin, une protection périphérique sera également réalisée. Elle a fait l'objet d'un concours de barrière paysagée en 2009, dont les résultats n'ont pas encore été dévoilés à ce jour. La demande de modification de zone n'a quant à elle fait l'objet d'aucun référendum. La livraison de l'ensemble du projet est prévu pour fin 2012. Le budget global s'élève à 130 millions de francs: 60 millions de francs de contribution prêtés sans intérêts par la FIPOI, 70 millions de francs non remboursable de la Confédération. A noter que l'ensemble du site sera relié au projet Genève-Lac-Nations, qui prévoit d'utiliser l'eau du Lac Léman pour chauffer et rafraîchir les locaux.

La tour des Feuillantines

Le projet des Feuillantines prévoit la construction d'une tour de quinze à vingt étages, à proximité de la Place des Nations, entre la Route de Ferney et l'Avenue de la Paix. Ce projet, qui s'inscrit dans le plan directeur du Jardin de Nations, fera l'objet d'un concours portant sur l'investissement, la construction et la gestion de la tour, et dont le lancement est prévu cet automne de cette année. Celle-ci réunirait des bureaux pour l'ONU et des appartements résidentiels. Les parcelles concernées par la construction de cet édifice sont en partie propriété de l'Etat de Genève et de l'ONU. La procédure de modification de zone est actuellement en cours au sein du DCTI. Par ailleurs, l'Etat ne s'est pas encore prononcé sur
la mise à disposition des terrains dont il est propriétaire.

Campus de la paix IHEID

Le Campus de la paix de l'Institut de hautes études internationales et de développement (IHEID) sera constitué de la Maison de la paix et la résidence des étudiants. Cet ensemble se situera au cœur du quartier des organisations internationales. Les deux volumes seront édifiés à cheval sur les voies ferrées, entre le chemin Eugène-Rigot et la rue Kazem-Radjavi, et reliés par une passerelle. La maison de la paix, située du côté Eugène-Rigot, regroupera les activités de recherche et d'enseignement de l'Institut sur une surface de près de 12 000 m2

Le terrain, jusqu'ici en mains des CFF et du canton, sera au final racheté par la fondation Hans Wilsdorf. La résidence des étudiants fera quant à elle office de campus en proposant quelques 250 lits aux étudiants. Elle sera érigée sur le toit du P+R Sécheron, sur une parcelle propriété de l'Etat de Genève. Les deux chantiers devraient débuter en mai 2011 et se terminer en septembre 2013.

LES AUTRES FORMES DE SOUTIEN DE L'ETAT

En plus de fournir gratuitement des terrains aux OI pour leurs projets immobiliers, l'Etat souhaite diversifier son soutien à la Genève internationale. Il offre par exemple une aide financière aux pays les moins avancés économiquement (PMA). Le but est de permettre à tous les acteurs de la gouvernance mondiale d'avoir leur place sur la scène internationale. Une trentaine de pays bénéficient à ce jour de cette aide, vouée à s'élargir. Elle se présente sous la forme d'un don à hauteur de 3000 francs/mois et par pays. Son but est d'aider ces PMA à payer le loyer de leurs missions établies à Genève. Ces dons ont représenté un budget avoisinant 1,2 million de francs pour l'année 2009.

Les organisations non gouvernementales (ONG) bénéficient elles aussi du soutien de l'Etat de Genève, au travers de la Fondation du centre international de Genève (FCIG). Celle-ci a été créée en 1953 par l'Etat de Genève dans le but de construire, d'acquérir et de gérer des immeubles destinés prioritairement aux ONG. Elle reçoit des dotations de l'Etat sous forme de terrains, et les ONG qui souhaitent établir leur siège à Genève peuvent ensuite en bénéficier à des tarifs préférentiels. Administrée par l'Etat depuis sa création, la FCIG est désormais gérée par une régie privée depuis avril 2010.

DES PROJETS SOUCIEUX DE L'ENVIRONNEMENT

Un effort conséquent est également entrepris en terme de développement durable dans les bâtiments de la Genève internationale. Une étroite collaboration est par exemple entreprise avec les Services industriels de Genève (SIG). En effet, le projet «Genève-Lac-Nations» prévoit d'utiliser l'eau du Lac Léman pour chauffer et rafraîchir les immeubles de différentes OI. L'ONU pourra par exemple retirer les traditionnelles tours de refroidissements et profitera à 100% de cette énergie renouvelable. Ce projet s'inscrit dans le programme européen de développement des énergies renouvelables appelé «CONCERTO». A l'ONU encore, il est aussi prévu de remplacer le carburant des chaudières par du gaz naturel. A la maison internationale de l'environnement (MIE), les SIG fournissent de l'électricité entièrement hydroélectrique, ce qui a permis une réduction de 25% des dépenses énergétiques. Enfin, le programme Climate Neutral UN propose de rendre les bâtiments de l'ONU exemplaires en
terme d'énergie, avec notamment une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Des économies de l'ordre de 4,3 millions de francs ont ainsi pu être réalisées au cours des six dernières années.

QU'EST-CE QUE LA GENÈVE INTERNATIONALE?

La Genève internationale est composée d'organisations internationales gouvernementales ou non-gouvernementales, mais aussi de représentations d'états étrangers auprès des organisations et du personnel de ces entités. Genève et New York, siège de l'ONU, représentent les deux centres de coopération internationale les plus importants au monde.

La Genève internationale en chiffres

• 22 OI avec accord de siège (autorisation de construire des bâtiments)
• 250 ONG
• 236 missions, représentations et délégations
• 164 états étrangers représentés de façon permanente
• 4500 réunions et conférences organisées par année
• 182 000 délégués/experts assistant aux réunions et conférences par année
• 3000 visites de chefs d'état/gouvernement, de ministres et d'autres dignitaires par année
• 40 000 diplomates et fonctionnaires internationaux, y compris les membres de familles et
les scientifiques du CERN
• 2400 employés d'ONG
• 14 000 emplois découlant de ses activités
• 8 milliards de francs de budget annuel total des OI
• 4,4 milliards de francs de dépenses annuelles engagées par les OI, dont 2,4 milliards
investis en Suisse

LA FIPOI EN BREF

La FIPOI est une fondation de droit privé sans but lucratif, créée le 11 décembre 1964 conjointement par la Confédération suisse et l'Etat de Genève. Elle dépend donc du canton et de la confédération. Elle a pour but de faciliter l'implantation d'organisations internationales dans le canton de Genève. Sa mission principale consiste à mettre à disposition des organisations internationales des infrastructures permettant d'accomplir leur mission dans de bonnes conditions. Pour ce faire, la FIPOI:
• construit, gère et entretient des bâtiments administratifs et de conférences qu'elle met à disposition des organisations intergouvernementales et, exceptionnellement, des organisations non gouvernementales;
• met à disposition des organisations intergouvernementales le financement de leur siège à Genève et les conseille dans l'organisation du projet, la construction et l'exploitation de leur projet.

Depuis sa création, la FIPOI a financé la construction ou l'acquisition d'immeubles pour une valeur de 974 millions de francs. Les investissements en terme de travaux de maintenance ou d'entretien des bâtiments dont elle a la charge, qui représente un montant de 125 millions de francs depuis l'année 2000, sont couverts par les loyers payés par les organisations internationales. Le 75% de ces travaux sont confiés aux entreprises genevoises.

Bâtiments financés par la FIPOI

• CERN, CICR, FISCR, OIT, OMM, OMPI, OMS, ONUSIDA, UICN, UIP, UIT, OMC

Bâtiments propriété de la FIPOI

• CCI (CNUCED/OMC), CICG, HCR, Immeuble administratif de Varembé, Maison internationale de l'environnement (MIE 1et 2), Parking Place des Nations, Salle William Rappard (salle de conférence de l'OMC)

source : DCTI


08/06/2010

Tags : Genève

Lu 3468 fois

Rédaction Immo-swissnews.ch