Toute l'information immobilière en Suisse
Mobile
Newsletter
Rss
Twitter
Facebook
Google+
Instagram




TOUT SAVOIR SUR LA NOUVELLE PLAGE DES EAUX-VIVES



TOUT SAVOIR SUR LA NOUVELLE PLAGE DES EAUX-VIVES
La construction d'une grande plage populaire aux Eaux-vives, complétée par un nouveau un parc et un réaménagement portuaire au Port Noir, a été votée à l'unanimité le 4 décembre dernier par le Grand Conseil. Le chantier, dont l'autorisation de construire a été déposée le 21 décembre 2009, pourra ainsi démarrer dès le mois de septembre de cette année, selon le calendrier prévu. Ce projet qui se concrétise peu à peu suscite un large intérêt de la part de la population. Aussi, afin de le faire mieux connaître, une ligne d'information téléphonique est désormais à la disposition des habitants. En composant le 022 546 76 00, le public pourra obtenir des réponses à ses interrogations et, dès à présent, en savoir plus sur ce nouveau lieu de baignade populaire et gratuit dont l'inauguration est prévue en 2013.

Restituer l'accès au lac aux Genevois

Bien que le lac et les cours d'eau constituent la colonne vertébrale de notre canton, les rives propices à la baignade sont peu nombreuses et, l'été venu, certains n'hésitent pas à aller nager dans des lieux peu adaptés, voire dangereux. Or, des travaux importants ont été entrepris depuis de longues années en matière d'assainissement des eaux et le Léman peut se prévaloir aujourd'hui d'une excellente qualité. Considérant que la population doit aussi pouvoir tirer parti des efforts consentis dans ce domaine, l'Etat de Genève a saisi l'opportunité de la demande d'extension du Port de la Nautique en 2007 pour proposer la création, aux Eaux-Vives, d'une grande plage populaire et gratuite.

Après une importante phase de consultation, l'avant-projet initial a été adapté afin de minimiser les atteintes patrimoniales et environnementales sur le site tout en permettant d'apporter une réponse à l'encombrement actuel de la Rade. En effet, s'inscrivant dans le cadre d'un programme visant à revaloriser les quais, cette réalisation prévoit non seulement de constituer une nouvelle plage à Genève, mais aussi d'offrir un espace pouvant accueillir les activités qui occupent le quai des Eaux-Vives, tout en créant un port public de 226 places d'amarrage pour héberger les bateaux stationnant actuellement en aval du Jet d'eau.

C'est à l'unanimité que la loi permettant le financement du projet a été votée par le Grand Conseil le 4 décembre dernier permettant ainsi le dépôt d'une demande d'autorisation de construire. Selon le calendrier prévu, le chantier pourrait démarrer dès le mois de septembre de cette année.

Une nouvelle plage populaire et gratuite

Établie entre Baby-Plage et le Port Noir, la future plage des Eaux-Vives représente certainement l'innovation la plus spectaculaire du projet. Elle mesurera 500 mètres de long et une centaine de mètres de large en moyenne. Elle constituera un nouvel espace de verdure formé d'une grande pelouse ombragée par des bouquets d'arbres. Deux pavillons, comprenant buvettes, sanitaires et vestiaires, permettront de renforcer la convivialité des lieux. Bénéficiant d'un cadre idéale pour la baignade, ce nouveau site de détente est situé à proximité immédiate de l'agglomération. Toutes les conditions sont donc réunies pour que cette grande plage gratuite puisse devenir - dès l'été 2013 selon le calendrier prévu - un lieu de loisirs populaire, prisé aussi bien par les Genevois que les hôtes de passage.

Sauvetage des données d'un site archéologique exceptionnel

Le projet de plage des Eaux-vives va permettre de valoriser une des premières occupations des lieux : le site archéologique du Plonjon, classé monument historique en 1923. Une campagne de fouilles réalisée en 1985 a permis de dresser un plan de l'ensemble de cette station exceptionnelle. Toutefois, selon les experts du service d'archéologie de l'administration cantonale et de l'Université de Genève, les vestiges de ce village datant du Bronze final (1000 av. J-C) sont voués à une destruction à brève échéance. En effet, la construction des quais durant la première moitié du 20ème siècle a entraîné des modifications importantes des courants locaux. Les vagues de bise, rebondissant sur les enrochements, occasionnent une érosion accélérée, provoquant en quelques décennies la destruction progressive de ce site millénaire. En apportant des moyens techniques et financiers adéquats, le projet de plage aux Eaux-Vives constitue dès lors une opportunité de sauvetage des données encore disponibles. Ainsi, au cours des trois années du chantier, c'est plusieurs milliers de pieux que les archéologues pourront extraire de la zone actuellement submergée. Les spécialistes pourront ainsi procéder à une étude approfondie des données de ce site avant sa disparition inéluctable.

Les questions les plus fréquemment posées

Afin de faire mieux connaître le projet des Eaux-Vives qui se concrétise peu à peu, une ligne d'information téléphonique - le 022 546 76 00 - est désormais à la disposition du public les jours ouvrables. Elle permettra ainsi de faire découvrir, dès à présent, ces nouvelles réalisations qui sont prévues pour la population.

Le projet sera-t-il réellement terminé en 2013 ?

C'est l'échéance qui est prévue par le calendrier du projet. Jusqu'à présent, grâce au dialogue entretenu avec les différents milieux concernés, toutes les étapes planifiées ont respecté les délais annoncés.

Pourra-t-on accéder à la nouvelle plage sans restriction ?
La nouvelle plage des Eaux-Vives est prévue comme un lieu populaire et gratuit. On pourra y accéder toute l'année, comme c'est actuellement le cas à Baby-Plage. Comme pour tous les lieux de baignade du canton, les chiens n'y seront pas admis et les règles prévues pour les parcs s'y appliqueront.

La plage des Eaux-Vives sera-t-elle constituée de sable ?

Compte tenu des courants et de la bise, le sable n'est pas adapté pour une aussi longue plage. Celle-ci sera constituée de petits galets, comme à la Jetée des Pâquis. Le sable sera toutefois maintenu à Baby-Plage.

La nouvelle plage ne risque-t-elle pas d'augmenter le trafic routier dans ce secteur ?

Non, cet aménagement ne devrait pas entraîner de hausse notable du trafic car aucune nouvelle place de stationnement n'est prévue. Situé aux portes même de la ville, le site sera particulièrement accessible à pied ou à vélo - 450 places seront prévues pour ces derniers - et bien desservi par les transports publics.

Ces nouveaux aménagements ne vont-ils pas défigurer les bords du lac ?

Le projet n'introduit pas d'élément incongru sur les rives du lac et notamment aucun édifice élevé. Ses éléments constitutifs - parc, plage, port - sont déjà présents sur les quais environnants. Un soin particulier a été accordé au maintien des vues et des perspectives depuis le parc des Eaux-Vives ou la Grange, avec des plantations adaptées, ainsi qu'à la conservation des alignements d'arbres des quais.

Cette nouvelle plage ne va-t-elle pas avoir une emprise trop importante sur le lac ?

La surface des remblais a été diminuée par deux par rapport à l'avant-projet et représente 0.15% de la surface lacustre genevoise. Aucune espèce de la faune ou de la flore n'est menacée par le projet. Toutefois, compte tenu de cette perte d'habitat, des mesures de compensations sont prévues et notamment la constitution d'une roselière de 5 ha qui sera développée sur le petit-Lac, à Chens-sur-Léman. Cette surface de roseaux supplémentaire, très favorable aux poissons et aux oiseaux, sera 3 fois plus grande que la dernière roselière lacustre genevoise, la Pointe-à-la-Bise.

Le chantier qui sera mis en place ne va-t-il pas entraîner des nuisances importantes ?

Il n'y a aucun riverain résidant à proximité du projet de plage. Les promeneurs et riverains ne devront pas revoir leurs habitudes puisqu'il est prévu de maintenir les axes de circulation ainsi que les cheminements piétons et vélos pendant toute la durée des travaux Une communication sera prévue pour les habitants des environs afin de les informer de façon transparente au sujet des mesures prises pour gérer les effets du chantier.

source : Etat de Genève

02/03/2010

Tags : Genève

Lu 2963 fois

Rédaction Immo-swissnews.ch