Vers un outil pour l’évaluation des projets d’implantation de tours dans l’agglomération



Les tours et bâtiments emblématiques présentent des enjeux importants pour l’aménagement du territoire. Une vue à large échelle est utile pour mieux appréhender les inconvénients et les avantages des constructions hautes à venir, selon leur emplacement dans l’agglomération Lausanne-Morges.

Une étude en cours contribuera à cette vue globale. Elle précisera notamment la notion de tour. Son résultat qui servira d’outil aux autorités pour l’évaluation des futurs projets d’implantation est attendu pour l’été. Un outil d’aide à la planification de tours et constructions hautes dans l’agglomération Lausanne-Morges est en élaboration.

Les responsables des schémas directeurs de l’Ouest lausannois, du Nord lausannois et de la Région Morges, la Ville de Lausanne et l’Etat de Vaud mènent une étude visant à établir un vocabulaire commun et à partager des principes et règles de base pour évaluer l’implantation des futures constructions en hauteur à l’échelle de l’agglomération.

Plusieurs villes, cantons ou régions de Suisse, telles Zoug en 2002, Zurich en 2005, Berne en 2007 ou Lucerne en 2008, se sont dotées d’un tel instrument pour faciliter l’évaluation et la décision en matière d’implantation de tours. Des projets de tours et de constructions hautes se multiplient en Suisse.

L’agglomération Lausanne-Morges ne fait pas exception. Par l’économie de terrain et la libération d’espaces publics qu’elles permettent, par la possibilité qu’elles offrent de placer les habitants à proximité des transports et des services, par leur caractère de repères et d’emblèmes, ces constructions hautes présentent un intérêt certain pour l’aménagement du territoire.

L’impact de telles constructions sur le paysage nécessite cependant une forte attention et une vision stratégique globale. L’étude, à laquelle participent les services de l’Etat et, par le biais des schémas directeurs, les représentants des communes dont Lausanne, est menée sur le mode de la concertation.

Elle fait intervenir plusieurs consultants lors d’ateliers de travail qui se penchent notamment sur la préservation et la valorisation des sites, la topographie, le paysage ainsi que les constructions emblématiques et bâtiments hauts existants ou en projet. Les définitions qui seront précisées à cette occasion et les inventaires qui seront dressés fourniront un outil pour inscrire les futurs projets dans une cohérence globale à l’échelle de l'agglomération

16/04/2011


Lu 1064 fois

Rédaction Immo-swissnews.ch